Grèce: nouvelles violences policières contre la presse

Un photographe grec, travaillant pour l'agence chinoise Xinhua, devait être opéré vendredi pour des blessures crâniennes après avoir été frappé par des policiers en marge d'une manifestation jeudi à Athènes, a-t-on appris de source policière.[AFP]

Un photographe grec, travaillant pour l'agence chinoise Xinhua, devait être opéré vendredi pour des blessures crâniennes après avoir été frappé par des policiers en marge d'une manifestation jeudi à Athènes, a-t-on appris de source policière.

L'incident s'est produit au lendemain d'une première agression policière contre deux journalistes de télé, en marge d'un rassemblement en hommage au retraité grec qui s'était suicidé mercredi sur la place centrale de Syntagma. Ce dernier avait évoqué la crise économique traversée par le pays.

L'Union des photo-reporters de Grèce, dont la victime, Manos Lolos, 46 ans, est le président, a dénoncé cette agression, jugeant qu'elle s'inscrit dans "des agressions répétées et systématiques (...) visant à intimider les représentants des médias" et "dirigées contre la liberté de la presse".

Le ministre en charge de la police a annoncé l'ouverture d'une enquête judiciaire en sus d'une enquête interne sur l'affaire. Une enquête interne avait déjà été ouverte jeudi pour les brutalités policières contre les deux journalistes.

Le gouvernement grec a promis "d'éclaircir les conditions de cet incident".

Selon une photographe de l'AFP, l'incident s'est produit à la fin d'une brève manifestation de quelques centaines de personnes en hommage au retraité suicidaire.

"Après avoir chargé pour disperser les manifestants, un groupe de membres des forces anti-émeutes a isolé notre groupe d'une vingtaine de personnes, composé à 80% de photographes, cameramen et journalistes, ils nous ont coincés près d'une bouche de métro, j'ai eu peur de tomber, je n'ai pas vu de policiers frapper Lolos mais je l'ai entendu leur crier d'arrêter, puis les forces de l'ordre se sont éloignées et le calme est revenu", a raconté cette photographe.

Une cinquantaine de journalistes ont manifesté vendredi devant le ministère, tandis que l'Union des photo-reporters a appelé ses membres à une grève de 24 heures à partir de 11H00 GMT vendredi.

Vous aimerez aussi

Les coulisses de l'entretien d'Emmanuel Macron dans la presse régionale
Politique Les coulisses de l'entretien d'Emmanuel Macron dans la presse régionale
Le Monde, Le Parisien et Radio France ont indiqué qu'ils allaient saisir la CNIL ou engager des procédures en justice après la révélation que des personnalités, dont plusieurs de leurs journalistes, auraient été fichées par Monsanto en fonction de leur position sur le glyphosate [Michael B. Thomas / AFP/Archives]
Monsanto Fichage présumé : plaintes de personnalités et de médias, le parquet ouvre une enquête
Gilets jaunes : une manifestation à Paris contre le traitement médiatique du mouvement
Médias Gilets jaunes : une manifestation à Paris contre le traitement médiatique du mouvement

Ailleurs sur le web

Derniers articles