Canal+ n'aura pas besoin de se séparer de CanalSat

Les locaux de Canal + et de TPS, alors en concurrence, à Issy-les-Moulineaux en 2005[AFP/Archives]

L'Autorité de la concurrence n'imposera pas au groupe Canal+ de se séparer de son distributeur CanalSat et l'autorisera à poursuivre l'auto-distribution de ses chaînes, a déclaré lundi Bruno Lasserre, président du gendarme de la concurrence.

En septembre, l'Autorité a retiré l'autorisation de rachat du bouquet satellite TPS par Canal+ en 2006, estimant que le groupe de TV payante avait manqué à ses engagements. L'Autorité de la concurrence se prononcera d'ici le 24 juillet sur ce dossier.

D'ores et déjà, Bruno Lasserre a exclu deux mesures proposées par des opérateurs du secteur pour réduire la position dominante de Canal+ dans la TV payante: l'une porte sur la vente de CanalSat et l'autre sur l'auto-distribution par Canal+ de ses propres chaînes (Canal+, Canal Décalé, Cinéma+...).

La "séparation structurelle" entre Canal+ et CanalSat "casserait l'intégration verticale qui, certes, peut produire des effets anti-concurrentiels, mais est aussi bénéfique et compatible avec la logique industrielle de la télévision payante", a estimé Bruno Lasserre.

Concernant le seconde mesure, elle "perturberait profondément le financement du cinéma en France", a-t-il assuré. La contribution de Canal+ à l'industrie du cinéma est calculée en fonction d'un chiffre d'affaires qui comprend les revenus de cette auto-distribution.

Dans sa décision, l'Autorité aura pour objectif de faire émerger des offres d'entrée de gamme, à côté de celle, "premium et relativement onéreuse de Canal+".

"De ce point de vue là, les fournisseurs d'accès à internet peuvent jouer un rôle pour constituer une offre alternative à Canal+. Aujourd'hui, ils le peuvent difficilement", a assuré M. Lasserre.

Vous aimerez aussi

Plus de 900 journalistes ont signé une tribune dans Le Monde jeudi pour dénoncer le "sexisme systémique qui ronge la profession" [LOIC VENANCE / AFP/Archives]
Médias Plus de 900 journalistes dénoncent une profession rongée par un «sexisme systémique»
Le groupe «ligue du LOL» rassemblait quelques uns des comptes français les plus populaires de Twitter.
Harcèlement «Ligue du Lol» : démissions, mises à pied... quelles conséquences ?
Scandale Ligue du LOL : ce que l'on sait

Ailleurs sur le web

Derniers articles