Il y a 15 ans, le Club Dorothée s'arrêtait

Le plateau du Club Dorothée. Le plateau du Club Dorothée.[SARADJIAN / TF1/ SIPA]

Le 30 août 1997, il y a 15 ans jour pour jour et après 10 ans de bons et loyaux services, le mythique Club Dorothée, disparaissait des écrans français. 

Symbole de toute une génération, l’émission destinée à la jeunesse avait fait découvrir à la France de nombreux mangas aujourd’hui emblématiques. Dragon Ball, les Chevaliers du Zodiaque, Sailor Moon ou encore Nicky Larson, le show de Dorothée et ses camarades Jacky, Corbier et Ariane, proposait des fictions pour tous les publics.

Malgré son succès, l’émission a vivement été critiquée par certaines associations et personnalités politiques, Familles de France et Ségolène Royal en tête, pour la diffusion de dessins animés jugés trop violents pour la jeunesse. Le meilleur exemple reste sans nul doute celui de Ken le survivant, manga pour adultes au Japon, édulcoré pour l’occasion par la société de production distribuant la série en France. Pourtant, malgré la censure, le dessin-animé restait très évocateur en terme de violence.

Le Club Dorothée a également diffusé de nombreuses séries d’amour à succès produites par AB Productions. Ce fut le cas d’Hélène et les garçons, le Miel et les abeilles ou encore Premiers baisers. D’autres shows plus "humoristiques" comme Salut les musclés ou Pas de pitié pour les croissants ont également marqué les esprits par leur caractère déjanté.

Aujourd’hui, l’héritage laissé par le club Dorothée est énorme. L’émission a permis la démocratisation de la bande dessinée japonaise, la France étant la deuxième nation consommatrice de mangas derrière le Japon. 

À suivre aussi

Toute ressemblance ne saurait apparaître comme fortuite...
Télévision «C'est pas sorcier» revient dans une toute nouvelle version
«Emmanuel Macron a profondément fracturé le pays», selon Aurélien Pradié
Interview «Emmanuel Macron a profondément fracturé le pays», selon Aurélien Pradié
Guillaume Peltier : «On ne veut pas attendre que les listes communautaires fassent 300.000 voix pour intervenir»
Interview «On ne veut pas attendre que les listes communautaires fassent 300.000 voix pour intervenir», déclare Guillaume Peltier

Ailleurs sur le web

Derniers articles