Mireille Mathieu assigne deux émissions pour "dénigrement"

Mireille Mathieu Mireille Mathieu lors d'un concert. (Archives)[SEBASTIAN WILLNOW / DDP / AFP]

Mireille Mathieu va assigner pour "dénigrement" et "diffamation" les sociétés de production des émissions "Le Petit Journal" et "On n'est pas couché", diffusées par Canal+ et France 2, après des propos tronqués dénaturant sa position sur la condamnation du groupe russe Pussy Riot, a-t-on appris mardi dans l'entourage de la chanteuse.

Ces assignations seront déposées mercredi par Me André Schmidt, l'avocat de la chanteuse. Les deux émissions seront également poursuivies pour "propos mensongers".

Présenté par Yann Barthès, "Le Petit Journal" avait diffusé un sujet tournant en ridicule Mireille Mathieu à partir de déclarations de la chanteuse à une chaîne russe. Laurent Ruquier, sur France 2, avait fait de même.

La chaîne russe TV Tsentr a admis, 48 heures après, avoir coupé une phrase de l'interview de Mireille Mathieu dans laquelle la chanteuse française demandait l'indulgence pour les Pussy Riot condamnées à 2 ans de prison, tout en désapprouvant leur concert punk dans une église de Moscou.

Mireille Mathieu, très populaire en Russie, avait donné cette interview à l'occasion de sa venue à Moscou pour participer à un festival international de musique militaire.

"Mireille Mathieu a été profondément blessée par le dénigrement mis en scène par +Le Petit Journal+ et +On n'est pas couché+", a indiqué à l'AFP un proche de la chanteuse.

Vous aimerez aussi

Renforcement du dispositif Sentinelle : les réactions des politiques
gilets jaunes La mobilisation du dispositif Sentinelle fait réagir la classe politique
La police scientifique italienne et des pompiers près de la carcasse d'un bus de transport scolaire incendié par son chauffeur le 20 mars 2019 à San Donato Milanese, près de Milan [Flavio LO SCALZO / AFP]
Italie Milan : les forces de l'ordre sauvent in extremis 51 collégiens pris en otage dans un bus
Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, le 11 février 2019 à Rome [Tiziana FABI / AFP/Archives]
Justice Italie : Matteo Salvini ne sera pas jugé pour séquestration de migrants

Ailleurs sur le web

Derniers articles