Préavis de grève à France Télévisions

Le PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin, le 28 août 2012 à Paris au siège du groupe [Patrick Kovarik / AFP/Archives] Le PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin, le 28 août 2012 à Paris au siège du groupe [Patrick Kovarik / AFP/Archives]

Deux syndicats de France Télévisions ont déposé un préavis de grève pour début octobre, auquel le Pdg a répondu mardi en appelant à des "efforts" sur le front des coûts face à la baisse prévisible des ressources financières du groupe public.

Dans leur préavis appelant à cesser le travail 24 heures le 2 octobre, la CGT et FO entendent obtenir notamment "un financement de FTV à la hauteur des missions de service public", "l'abandon du projet de plan social et la présentation d'un vrai projet stratégique pour l'entreprise", ainsi que "l'arrêt du plan d'économies drastiques".

Il faut "anticiper en toute hypothèse une diminution très importante des ressources de France Télévisions", a rétorqué mardi son Pdg, Rémy Pflimlin, dans un message aux salariés diffusé dans la foulée du dépôt de préavis.

"Nous aurons donc à rechercher des économies substantielles par la maîtrise et parfois la réduction de nos coûts de fonctionnement comme de ceux de nos programmes", ajoute-t-il dans ce texte dont l'AFP a obtenu copie.

Sur l'emploi, le Pdg dit vouloir "lever le doute sur des interrogations entretenues par un discours excessivement alarmiste", récusant l'utilisation du terme "plan social".

Soulignant qu'il n'a pas été "envisagé de mettre en oeuvre des départs contraints", il a répété que "les efforts" à réaliser pourront conduire "à prolonger le plan de départs volontaires actuel qui doit s'arrêter en 2012, voire à en aménager les modalités et le périmètre, au-delà de ce que prévoit le COM actuel".

Une réduction des effectifs de 5% au cours de la période 2011-2015 est d'ores et déjà prévue par le contrat d'objectifs et de moyens (COM) signé entre France Télévisions et l'Etat actionnaire. Le groupe emploie environs 10.000 salariés.

Dans leur préavis de grève, la CGT et FO réclament par ailleurs "l'abandon du projet +info 2015+" qui prévoit le rapprochement de la rédaction nationale de France 3 et celle de France 2.

Le Pdg a rappelé que l'ambition de ce projet "est bien de poursuivre l'adaptation de notre organisation pour pérenniser et développer notre prééminence de premier producteur et diffuseur d'information en France".

Pour M. Pflimlin, "refuser le changement, s'opposer à cette adaptation de France Télévisions ne conduirait au contraire qu'à son affaiblissement".

Vous aimerez aussi

Polémique Jean-Luc Mélenchon ouvre un nouveau front contre les médias
Turquie Affaire Khashoggi : une association de journalistes réclame «la condamnation des vrais responsables»
Politique Inde : démission d'un ministre accusé de harcèlement sexuel

Ailleurs sur le web

Derniers articles