Un présentateur de la BBC reconnaît des attentats à la pudeur

Stuart Hall au tribunal de Preston en Angleterre (centre), le 7 février 2013 [Andrew Yates / AFP/Archives] Stuart Hall au tribunal de Preston en Angleterre (centre), le 7 février 2013 [Andrew Yates / AFP/Archives]

Un célèbre présentateur de la BBC, Stuart Hall, qui a animé la version britannique de l'émission française "Intervilles", a reconnu avoir commis des attentats à la pudeur sur des jeunes filles, dont une âgée de 9 ans, a annoncé jeudi le parquet anglais.

Stuart Hall, aujourd'hui âgé de 83 ans, est un "prédateur opportuniste" qui sympathisait avec des jeunes filles avant de les agresser, selon le procureur de la Couronne, Nazir Afzal, précisant que les faits se situent entre 1967 et 1985.

Les victimes ne se connaissaient pas mais "presque toutes" ont fait, "de façon frappante, des récits similaires", a-t-il expliqué.

Stuart Hall a acquis sa popularité avec l'émission, "Its a Knockout", la version britannique d'"Intervilles. Plus récemment, il commentait, avec un style unique, enjoué et érudit, des matches de football sur la BBC Radio 5. Il a été suspendu de la BBC lors son inculpation en décembre.

Il a dans un premier temps nié les faits qui lui étaient reprochés, les qualifiant de "pernicieux, impitoyables, cruels et avant tout faux".

Il a cependant reconnu 14 délits lors d'une audience en avril, dont les détails n'ont été communiqués que jeudi. Sa condamnation sera prononcée le 17 juin.

Son avocat a expliqué jeudi que son client comptait présenter des excuses à ses victimes. "Il n'est pas du genre à s'apitoyer sur lui-même mais il est bien conscient que son déshonneur est total", a déclaré Crispin Aylett.

L'affaire Stuart Hall n'entre pas dans le cadre de l'enquête de la police sur les agressions sexuelles commises par l'ancien présentateur vedette de la BBC, Jimmy Savile, décédé en 2011, et par d'"autres personnes".

Le retentissant scandale Savile, qui a éclaté l'an dernier, a donné lieu à un déballage d'affaires comparables, conduisant à l'inculpation de nombreuses célébrités du show business poursuivies pour des faits remontant souvent aux années 60, 70 et 80.

À suivre aussi

entretien Immigration, communautarisme, voile : Emmanuel Macron s'explique dans Valeurs actuelles
Médias Mort de Jacques Chirac : les chaînes bousculent leurs programmes
«Oui, je vais avoir le droit d’avoir une carte de presse trois mois après la date de mon entrée chez Quartier Général», a expliqué Maxime Nicolle dans sa vidéo.
Médias Le gilet jaune Maxime Nicolle annonce qu’il va obtenir sa carte de presse

Ailleurs sur le web

Derniers articles