Censure des journaux évoquant la santé de Bouteflika

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 19 décembre 2012 à Alger [Denis Allard / Pool/AFP/Archives] Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 19 décembre 2012 à Alger [Denis Allard / Pool/AFP/Archives]

Les autorités algériennes ont saisi deux quotidiens ayant affirmé que le président Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé depuis le 27 avril à Paris, serait revenu en Algérie dans un état "comateux" après une "détérioration" de son état de santé, a indiqué dimanche leur directeur.

Ces informations publiées sur deux pages, dont la Une, faisaient état d'une "détérioration" de l'état de santé du chef de l'État, a annoncé Hichem Aboud, en citant des "sources médicales françaises et des proches de la présidence algérienne."

"Selon nos sources, le président est rentré mercredi à Alger 3 heures du matin dans un +état comateux+", a indiqué à l'AFP M. Aboud, un ancien militaire devenu opposant qui dirige le quotidien francophone Mon journal et son pendant arabophone Djaridati.

"Les deux journaux ont été saisis samedi soir à l'imprimerie", a-t-il précisé. "Le ministère de la Communication nous a demandé de supprimer les deux pages de l'édition de dimanche consacrées à l'état de santé du président Bouteflika".

"Nous avons refusé l'autocensure", a-t-il dit, expliquant qu'il était "techniquement impossible" de supprimer deux des 24 pages de ces éditions.

Si ces informations sur l'état de santé du président "étaient non fondées, le mieux pour les autorités aurait été de publier un communiqué du médecin personnel du président pour démentir ces informations ou mieux encore diffuser des images de M. Bouteflika", a-t-il précisé.

Il s'agit du premier cas de censure en Algérie depuis des années.

Vous aimerez aussi

Football Bénin - Algérie, éliminatoires de la CAN 2019 : à quelle heure et sur quelle chaîne ?
Obsèques du chanteur Rachid Taha en Algérie
Culture Le chanteur Rachid Taha a été enterré en Algérie
Pierre Audin : « C'est un acte historique fort »
Invité Pierre Audin : « C'est un acte historique fort »

Ailleurs sur le web

Derniers articles