Accord entre Presstalis et les syndicats sur la restructuration

Le siège de Presstalis à Paris [Mehdi Fedouach / AFP/Archives] Le siège de Presstalis à Paris [Mehdi Fedouach / AFP/Archives]

Le distributeur de presse Presstalis, au coeur d'un grave conflit social ces derniers mois, a annoncé jeudi être parvenu à un accord avec les organisations syndicales portant sur la restructuration du groupe qui devrait être effective dans les prochains mois.

"A la suite des négociations poursuivies ces derniers jours au sein du groupe Presstalis, des accords sont intervenus avec les organisations syndicales sur l'accompagnement social des réformes industrielles du groupe", écrit l'entreprise dans un communiqué, sans donner plus de détails.

"Le plan qui va s'engager ainsi dans les prochaines semaines verra le groupe Presstalis se transformer en profondeur, dans le double objectif d'assurer l'avenir de l'entreprise et celui de la filière", conclut Presstalis.

Le volet social de l'accord, qui ne prévoit pas de départs contraints, devrait concerner finalement entre 900 et 1.000 postes sur 2.500 salariés, à travers des mesures incitatives ou des reclassements à la SNCF ou à La Poste, notamment, indique-t-on de source proche du dossier. Le départ de la moitié des salariés était initialement prévu.

Les premiers départs sont attendus à l'été, indique-t-on de même source.

Le volet industriel de la réforme doit permettre de rassembler les trois sites de l'Ile-de-France en un pour réduire les coûts et mutualiser les équipes, et de transformer les dépôts en province en réorganisant et en concentrant le traitement des magazines.

Presstalis, sauvé in extremis de la faillite fin 2012 par ses actionnaires éditeurs et l'Etat moyennant plusieurs dizaines de millions d'euros d'argent public, a ouvert des négociations avec les syndicats en octobre pour sa réorganisation industrielle et son plan social.

Durant les négociations, des mouvements sociaux répétés, menés par des salariés mécontents (grèves, blocages de sites), ont fortement perturbé ces derniers mois la distribution des quotidiens nationaux imprimés à travers la France.

Presstalis distribue 75% de la presse en France et dessert 27.500 marchands de journaux. Le groupe perd entre deux et trois millions d'euros par mois, selon un proche du dossier.

Vous aimerez aussi

Presse Mexique : un journaliste tué par balle
Des fleurs et des bougies sont déposées devant les locaux de Charlie Hebdo à Paris en hommage aux victimes de l'attentat, le 11 janvier 2015 [Joël SAGET / AFP/Archives]
Presse Quatre ans après l'attentat, Charlie Hebdo dénonce le retour des obscurantistes
inégalité Parité : les femmes moins visibles que les hommes dans la presse

Ailleurs sur le web

Derniers articles