Thaïlande: un photographe italien probablement tué par l'armée en 2010

Des soldats thaïlandais détruisent, le 19 mai 2010, des barricades élevées par des "Chemises rouges" à Bangkok [Pedro Ugarte / AFP/Archives] Des soldats thaïlandais détruisent, le 19 mai 2010, des barricades élevées par des "Chemises rouges" à Bangkok [Pedro Ugarte / AFP/Archives]

Des soldats thaïlandais ont probablement tué le photographe italien Fabio Polenghi à Bangkok pendant les manifestations du printemps 2010, a estimé mercredi un tribunal, sans pour autant désigner de responsable nommément.

Polenghi, photographe indépendant de 48 ans, avait été tué le 19 mai 2010 lors de l'assaut militaire contre les "chemises rouges", en majorité fidèles à l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra.

Jusqu'à 100.000 "rouges" avaient occupé la capitale pendant deux mois pour faire chuter le Premier ministre de l'époque Abhisit Vejjajiva. La crise, la plus grave qu'ait connue la Thaïlande moderne, avait fait plus de 90 morts et 1.900 blessés.

Des soldats thaïlandais prennent position le 19 mai 2013 à Bangkok lors de manifestations des "Chemises rouges" [Manan Vatsyayana / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Des soldats thaïlandais prennent position le 19 mai 2013 à Bangkok lors de manifestations des "Chemises rouges"

"Pendant l'enquête, les experts ont indiqué que la victime était décédée d'une blessure infligée par une balle à grande vitesse telle que celles utilisées par les forces de sécurité, et il n'y a aucune preuve de la présence d'autres groupes dans la zone", a indiqué une magistrate de la cour criminelle.

La cour a jugé que la photographe avait été tué par un tir qui venait de l'endroit où les forces de sécurité étaient positionnées "mais n'a pas pu identifier le tireur".

Sa soeur Elisabetta Polenghi a estimé que cette décision était "positive mais n'était pas une solution". "Maintenant, je veux que quelque chose se passe vraiment et que les responsables reçoivent une forme de sanction", a-t-elle déclaré aux journalistes.

Son avocat a pour sa part indiqué qu'il déposerait une plainte contre Abhisit.

La crise de 2010 avait mis en lumière les profondes divisions de la société entre masses rurales et urbaines défavorisés, favorables à Thaksin, et les élites gravitant autour du palais royal qui le considèrent comme une menace pour la monarchie.

Le pays, qui reste très divisé, est dirigé depuis un an par la soeur de Thaksin, Yingluck Shinawatra.

Mais aucun militaire n'a été inculpé. Plusieurs leaders "rouges" sont en revanche poursuivis pour terrorisme.

Le gouvernement de Yingluck a déjà affirmé qu'il y avait des preuves claires que des soldats étaient également responsables de la mort d'un autre journaliste tué lors des manifestations, le Japonais Hiroyuki Muramoto, caméraman de l'agence Thomson Reuters.

Vous aimerez aussi

Faits divers Touriste violée en Thaïlande : fin de l'enquête
Histoire du jour Ivres, ils décident d'acheter un hôtel au Sri Lanka
Thaïlande La baie du film « La plage » avec Leonardo DiCaprio fermée aux touristes

Ailleurs sur le web

Derniers articles