Laurence Ferrari perd sa carte de presse

La journaliste Laurence Ferrari pose, le 7 octobre 2012, sur le plateau de la chaîne D8 à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives] La journaliste Laurence Ferrari pose, le 7 octobre 2012, sur le plateau de la chaîne D8 à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives]

Laurence Ferrari, l'ancienne journaliste de TF1 qui anime avec Roselyne Bachelot et Audrey Pulvar l'émission "Le Grand 8" sur la chaîne de la TNT D8, s'est vu retirer sa carte de presse pour l'année 2013.

"Merci de solidarité! Je préfère en rire- retrait CP-mais c'est juste une aberration pour moi comme pour l équipe #Grand8! #dansquelmondeonvit", a tweeté vendredi Laurence Ferrari, confirmant une information du magazine people Oops.

Sollicitée par l'AFP, Audrey Pulvar, ancienne journaliste elle aussi, a en revanche expliqué que, comme en 2012, elle n'avait "volontairement pas demandé" le renouvellement de sa carte de presse et que celle-ci ne lui avait donc pas été retirée.

Selon la presse, la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels a estimé que l'émission s'apparentait à du divertissement.

En mars dernier, Dans M., le magazine du quotidien Le Monde, Roselyne Bachelot, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, avait pourtant estimé que ses chroniques dans "Le grand 8", en tant que "journaliste engagée", lui donnaient droit à la carte de presse.

L'an dernier, une partie de l'équipe du "Petit Journal" de Canal + s'était vu refuser l'attribution de la carte, avait révélé alors le Nouvel Observateur.

Dans une interview au site Arrêt sur images, Eric Marquis, le président de la Commission, s'était lui-même interrogé début 2012 sur la nature de cette émission : "Du divertissement ou de l'information?"

La carte de presse ne peut être délivrée qu'à des "journalistes professionnels ou assimilés", selon les statuts de la profession.

Vous aimerez aussi

Turquie Affaire Khashoggi : une association de journalistes réclame «la condamnation des vrais responsables»
Disparition La journaliste Marianne Mako est morte
La photographe française Véronique de Viguerie, couronnée pour sa couverture de la guerre au Yémen du prix le plus prestigieux du festival international de photojournalisme, Visa pour l'image, le 6 septembre 2018 à Perpignan [RAYMOND ROIG / AFP]
Presse Photojournalisme : Visa d'or News pour Véronique de Viguerie, première femme en 20 ans

Ailleurs sur le web

Derniers articles