Inde: les premiers résultats d'élections partielles, claque pour le pouvoir

Des élections partielles dans cinq Etats de l'Inde déboucheront vraisemblablement sur un grave revers pour le parti du Congrès, au pouvoir, et la dynastie Nehru-Gandhi, selon les résultats provisoires publiés mardi.[AFP/Archives]

Des élections partielles dans cinq Etats de l'Inde déboucheront vraisemblablement sur un grave revers pour le parti du Congrès, au pouvoir, et la dynastie Nehru-Gandhi, selon les résultats provisoires publiés mardi.

Les résultats montraient que le Congrès était vainqueur dans un seul de ces cinq Etats et qu'il était nettement distancé dans l'Etat le plus peuplé et le plus convoité par les partis politiques, l'Uttar Pradesh.

Ces élections partielles sont considérées comme un test de popularité pour le gouvernement du Premier ministre Manmohan Singh avant les élections de 2014, et pour Rahul Gandhi, arrière-petit-fils de Nehru, premier Premier ministre de l'Inde indépendante, petit-fils de la Première ministre Indira Gandhi, assassinée en 1984, et fils de l'ancien Premier ministre Rajiv Gandhi assassiné en 1991.

Rahul Gandhi, 41 ans, pressenti comme futur Premier ministre du pays, ne se présentait pas à cette élection mais il avait mené campagne en Uttar Pradesh, au nom du Congrés, présidé par sa mère Sonia.

Cet Etat de 200 millions d'habitants échappe au Congrés depuis 22 ans. Le parti au pouvoir à Delhi n'y aurait remporté que 29 sièges, sur un total de 403, soit une progression très modeste par rapport aux dernières élections de 2007.

Cet échec est susceptible d'alimenter les doutes sur les capacités d'homme politique de Rahul Gandhi, alors que certains partisans de la dynastie parient sur sa soeur, Priyanka.

"Nous sommes déçus de la tendance", a avoué Ashwani Kumar, le ministre des Sciences et de la Technologie, lors du comptage des 76 millions de votes effectués à travers 138.000 bureaux dans la région.

"Si les résultats finaux sont semblables à ce qu'ils sont pour le moment, il faudra réfléchir et se demander sérieusement ce qui ne va pas", a ajouté ce membre du gouvernement Singh, dont la coalition est ébranlée par des affaires de corruption à répétition depuis 18 mois.

Avec ses 200 millions d'habitants, dont une forte minorité de musulmans, l'Uttar Pradesh est virtuellement le cinquième pays de la planète.

Vous aimerez aussi

Olivier Besancenot : "On a un pouvoir de premier de la classe"
Politique Olivier Besancenot dénonce «un pouvoir de premier de la classe»
Zimbabwe Emmerson Mnangagwa aux portes du pouvoir
«Il ne se passe pas un jour sans que je signale à twitter une menace de mort», affirme ainsi Jacques Attali.
Antisémitisme Tweet polémique de Gérard Filoche : Jacques Attali va porter plainte

Ailleurs sur le web

Derniers articles