La vitesse de l'autocar hors de cause

Un couple belge à l'hopital de Sion en Suisse[AFP]

La vitesse ne serait pas à l'origine de l'accident d'autocar survenus hier en Suisse, d'après le procureur Olivier Elsig qui se base sur les premiers éléments de l'enquête. Les enquêteurs privilégient trois pistes: un problème technique, un malaise du conducteur ou une erreur humaine. Pour poursuivre leurs investigations, ils attendent les résultats de l'autopsie du chauffeur et l'examen des vidéos du tunnel où a eu lieu le tragique accident.

Une vingtaine d’enfants sont toujours hospitalisés à l’hôpital de Sion (canton du Valais) dont 14 sont jugés dans un état grave. Le très lourd bilan de l'accident s'élève à 22 morts, tous des enfants belges qui revenaient de vacances dans le Val D'Annivers. Les deux chauffeurs sont décédés dans l’accident survenu hier soir un peu après 21 heures. L’autocar a heurté la bordure droite de la chaussée avant de percuter frontalement le mur de béton d’un tunnel sur l’autoroute après avoir dévié de sa trajectoire pour une raison inconnue. Les victimes étaient originaires des Flandres, précisément des villes de Lommel et d’Hervelee. Tous les enfants avaient une douzaine d'année. D'énormes moyens ont été déployés sur place, soit 60 pompiers, 15 médecins, 100 secouristes, 12 ambulances, 8 hélicoptères, 3 remorques et 3 psychologues. L'accident d’autocar est survenu à Sierre dans le canton du Valais en Suisse.  Selon la police suisse, il s'agirait de l'accident de la route le plus grave qu'ai jamais connu la Suisse. 

Le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, a décrété mercredi une journée de deuil national.

"Un jour de deuil national sera observé après la terrible catastrophe. Les modalités seront connues ultérieurement", a annoncé le gouvernement belge à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire.

Le car transportait 52 personnes, soit deux classes de jeunes Belges qui rentraient de vacances de neige dans le Val d’Annivers. 24 autres enfants ont été blessés et répartis dans les hôpitaux du Valais.  

L'ambassadeur de Belgique est sur place. "Ce drame va bouleverser toute la Belgique", a-t-il déclaré. "Je n'ai jamais vécu ça. L'ampleur de l'accident est difficile à digérer", a-t-il ajouté. Jacques Melly, président du gouvernement du canton du Valais, a exprimé "sa profonde tristesse" et a présenté ses condoléances aux familles. Le premier ministre belge, Elio di Rupo a déclaré que c'était "un jour tragique pour la Belgique".  Deux avions militaires ont été affrêtés pour transporter les parents des victimes en Suisse.

D'ores et déjà, l'enquête s'annonce difficile, car il n'y aurait aucun témoin de l'accident.

Vous aimerez aussi

Mortalité routière : un "effet" radars vandalisés ?
Polémique Mortalité routière : la faute aux «radars vandalisés» par les gilets jaunes ?
Paris : l'encombrement des carrefours désormais verbalisé par vidéo-surveillance
circulation Paris : l'encombrement des carrefours désormais verbalisé par vidéo-surveillance
Les pneus d'hiver : comment ça marche ?
Route Les pneus d'hiver, comment ça marche ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles