Primaires US: Nick Santorum remporte deux états du Sud

L'ultraconservateur Rick Santorum a remporté les deux Etats qui étaient en jeu mardi lors des primaires républicaines en vue de la Maison Blanche, infligeant un nouveau camouflet au modéré Mitt Romney, qui ne parvient pas à conforter son statut de favori.[AFP/Getty Images]

L'ultraconservateur Rick Santorum a remporté les deux Etats qui étaient en jeu mardi lors des primaires républicaines en vue de la Maison Blanche, infligeant un nouveau camouflet au modéré Mitt Romney, qui ne parvient pas à conforter son statut de favori.

M. Santorum, 53 ans, a remporté les deux Etats conservateurs de l'Alabama et du Mississippi (sud), alors que M. Romney devait se contenter de la troisième place, derrière un autre ultraconservateur, Newt Gingrich, selon les résultats quasi-complets des consultations.

Les chaînes de télévision ont indiqué que M. Santorum, 53 ans, avait remporté l'Alabama avec 35% des voix, devant MM. Gingrich (30%) et Romney (28%). Dans le Mississippi voisin, M. Santorum a recueilli 33% des voix devant M. Gingrich (32%) et M. Romney (30%).

M. Santorum, qui était largement inconnu du grand public jusqu'à la fin de l'année dernière, engrange ainsi ses huitième et neuvième Etats depuis le début des primaires organisées Etat par Etat depuis le 3 janvier.

"Qui aurait cru que les électeurs de base déjoueraient ainsi les pronostics jour après jour", a lancé M. Santorum à ses partisans lors d'une réunion électorale à Lafayette (Louisiane, sud).

Les résultats de mardi dans ces deux Etats à l'électorat très conservateur confirment que M. Romney, malgré une organisation et des moyens financiers sans commune mesure avec ceux de ses rivaux, peine à convaincre l'aile droite du parti républicain, qui le juge trop modéré.

"Cette course n'en finit pas. Il n'y a pas de fin en vue", a commenté sur CNN l'ancien porte-parole du président George W. Bush, Ari Fleischer.

En début de soirée, avant de connaître les résultats des scrutins, M. Romney avait fait montre de confiance en lui, assurant sur CNN que "la campagne de Rick Santorum est en fin de course". "Il est loin derrière en termes de délégués, loin derrière en nombre de voix", avait-il ajouté.

De son côté, Newt Gingrich, ancien élu de la Géorgie voisine, jouait son va-tout dans ces deux bastions conservateurs et évangéliques. A la question de savoir si ce dernier devrait se retirer s'il ne remportait pas la victoire dans aucun des deux Etats, la porte-parole de Rick Santorum, Allison Stewart, a répondu par l'affirmative.

"Après la soirée de ce soir, ce sera une course à deux, entre Rick et Mitt, nous allons dégager le paysage et Rick a une bonne chance pour la suite", a-t-elle pronostiqué sur CNN.

Mais dans un discours devant ses partisans à Birmingham, dans l'Alabama, M. Gingrich s'est dit décidé à poursuivre la course et a ironisé sur le statut de favori de M. Romney.

"Quand on est le favori et qu'on n'arrête pas de finir troisième, on n'est plus le favori de grand chose", a-t-il lancé.

Les observateurs s'accordent sur le fait que Newt Gingrich et Rick Santorum se partagent le vote conservateur, ce qui profite finalement à Mitt Romney, le seul sur son créneau plus modéré.

A ce jour, M. Romney a remporté 17 des 26 Etats ou territoires d'outre-mer qui ont déjà organisé leurs consultations, contre neuf pour Rick Santorum, deux pour Newt Gingrich et aucun pour Ron Paul, un candidat isolationniste aux positions atypiques pour un républicain.

Avant les résultats de mardi, M. Romney avait engrangé 455 délégués, contre 199 pour M. Santorum, 117 pour Newt Gingrich et 64 pour M. Paul. Pour obtenir l'investiture lors de la convention républicaine prévue fin août à Tampa (Floride, sud-est), un candidat doit rassembler 1.144 délégués.

Une consultation avait également lieu mardi à Hawaii. Etant donné les enjeux dans le Sud, M. Romney a délégué son fils Matt dans l'archipel du Pacifique. Rick Santorum y a envoyé sa fille Elizabeth et Ron Paul son fils Ronnie.

Le candidat qui sera finalement désigné par les électeurs républicains fin août affrontera le président sortant Barack Obama le 6 novembre. Selon un sondage national publié lundi par ABC et le Washington Post, si les élections avaient lieu aujourd'hui, M. Romney battrait M. Obama par 49% contre 47% des voix.

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Michael Cohen, l'ancien avocat de Donald Trump, condamné à 3 ans de prison
Donald Trump
Attentat Fusillade à Strasbourg : Donald Trump se dit conforté dans son idée de mur avec le Mexique
Histoire du jour Une chaîne d’emails crée la panique dans l'administration de l'Utah

Ailleurs sur le web

Derniers articles