Syrie: l'armée contrôle totalement la ville d'Idleb

L'armée syrienne a pris le contrôle total de la ville rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, au terme d'un assaut qui a duré quatre jourset a poussé les insurgés à se retirer, a affirmé mercredi un militant.[Comité général de la révolution syrienne / AFP/Archives]

L'armée syrienne a pris le contrôle total de la ville rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, au terme d'un assaut qui a duré quatre jours et a poussé les insurgés à se retirer, a affirmé mercredi un militant.

"Depuis hier soir, il n'y a plus de combats, l'Armée syrienne libre (ASL) s'est retirée et l'armée régulière a pris d'assaut toute la ville et mène des perquisitions maison par maison", a affirmé Noureddine al-Abdo, militant local dans la ville. "L'armée poursuit ses arrestations jusqu'à ce matin", dit-il.

"L'ASL a préféré se retirer. Tout le monde sait qu'elle est incapable de faire face à (la puissance de feu) de l'armée", a ajouté le militant.

Mardi, un quotidien proche du pouvoir avait indiqué que l'offensive d'envergure lancée depuis quelques jours dans la ville d'Idleb s'était achevée.

"Trois jours après le début de l'opération d'envergure dans la ville d'Idleb (...) celle-ci s'est terminée en un temps record", a affirmé le quotidien privé Al-Watan, proche du pouvoir.

Le contrôle d'Idleb intervient deux semaines après la reprise de Baba Amr, quartier rebelle de la ville de Homs (centre) repris par l'armée le 1er mars après un mois de bombardements meurtriers qui ont fait des centaines de victimes.

Les militants craignaient depuis plusieurs jours que la ville d'Idleb ne subisse le même sort.

Selon les militants, le fait qu'Idleb n'ait pas autant résisté que Baba Amr s'explique notamment par le manque d'équipement: alors que les armes parvenaient en abondance à Baba Amr, en provenance notamment du nord du Liban frontalier de la province de Homs, cela n'a pas été le cas pour Idleb.

"Les rebelles d'Idleb ne recevaient pas d'armes. Ce dont ils disposaient, c'était essentiellement les armes que les déserteurs avaient amenées avec eux", indique M. Abdo.

Les combattants rebelles, essentiellement des déserteurs équipés d'armes légères et moyennes, répètent souvent qu'ils peinent face à l'artillerie lourde des forces régulières.

Vous aimerez aussi

GIUSEPPE CACACE / AFP
Terrorisme Un jihadiste et ses deux épouses, expulsés de Turquie, mis en examen à leur arrivée à Paris
Conflit Syrie : 12 civils tués par des roquettes jihadistes
Conflit Syrie : 35 combattants, dont 26 prorégime, tués dans le nord-ouest

Ailleurs sur le web

Derniers articles