Tuerie en Afghanistan: visite du secrétaire américain à la Défense Panetta

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta est arrivé mercredi dans le sud de l'Afghanistan pour des discussions, trois jours après la mort de 16 civils afghans sous les balles d'un soldat américain, qui fait craindre des représailles de la part des talibans.[AFP]

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta est arrivé mercredi dans le sud de l'Afghanistan pour des discussions, trois jours après la mort de 16 civils afghans sous les balles d'un soldat américain, qui fait craindre des représailles de la part des talibans.

Pour cette visite, qui était prévue mais qui avait été gardée secrète, Panetta a atterri à la base militaire de Camp Bastion, dans le sud du pays.

Panetta doit rencontrer le président afghan Hamid Karzaï et des chefs locaux de cette région afin de tenter de rassurer la population du pays.

Les Etats-Unis restent "préoccupés" par la possibilité que la tuerie perpétrée par le sous-officier déclenche un mouvement de protestation semblable à celui provoquée par l'incinération des Corans par des soldats américains fin février dans leur base de Bagram, au nord de Kaboul, avait indiqué la veille de département d'Etat à Washington.

L'équipée meurtrière risque aussi de compliquer encore plus les difficiles négociations en cours entre Washington et Kaboul sur les modalités de la présence américaine en Afghanistan après 2014, date à laquelle la force de l'Isaf (130.000 soldats dont 90.000 américains) dirigée par les Etats-Unis prévoit d'avoir retiré toutes ses troupes de combat du pays.

Vous aimerez aussi

Une ambulance arrive près du site d'une université américaine à Kaboul le 25 août 2016 [WAKIL KOHSAR / AFP/Archives]
Afghanistan Attentat-suicide à Kaboul à la sortie des bureaux, au moins sept morts
Une sandale sur le site d'un attentat-suicide meurtrier devant l'Université de Kaboul, le 21 mars 2018  [SHAH MARAI / AFP/Archives]
Conflit Afghanistan : le pire semestre en 10 ans pour les civils, selon l'Onu
Une femme afghane sikhe lors de l'enterrement des victimes de l'attentat-suicide de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan, le 2 juillet 2018 [NOORULLAH SHIRZADA / AFP]
Moyen-orient Les sikhs d'Afghanistan amers après un attentat à Jalalabad

Ailleurs sur le web

Derniers articles