L'opposition se choisit un leader

Le Nouveau Parti Démocratique votait samedi à Toronto pour élire son nouveau chef qui deviendra automatiquement leader de l'opposition canadienne et devra préparer la gauche à affronter les conservateurs lors des législatives de 2015.[AFP]

Le Nouveau Parti Démocratique votait samedi à Toronto pour élire son nouveau chef qui deviendra automatiquement leader de l'opposition canadienne et devra préparer la gauche à affronter les conservateurs lors des législatives de 2015.

C'est le député fédéral québécois Thomas Mulcair qui est arrivé samedi en tête du premier tour de scrutin. Ancien ministre libéral du Premier ministre québécois Jean Charest avant de passer au NPD, il a largement contribué à la victoire de la formation aux législatives de 2011 aux côtés du défunt chef charismatique du parti, Jack Layton.

Il a remporté samedi au premier tour du scrutin 30,3% des voix, soit 19.728 votes, et devançait l'ancien président du NPD, Brian Topp, qui a rassemblé, lui, 13.915 voix (21,4%).

La personnalité du leader sera déterminante pour les prochaines législatives, selon Olivia Chow, députée du NPD et veuve de Jack Layton, dont la présence et les commentaires ont électrisé les militants de la convention.

"Nous avons besoin d'un candidat capable de crever l'écran dès lundi. L'heure n'est pas à l'entraînement, la vraie bataille commence dans 48 heures", a-t-elle déclaré.

Thomas Mulcair, avocat de 57 ans marié à une Française et père de deux garçons, vit à Montréal. Il a la double nationalité canadienne et française, ce qui le met en contradiction avec l'ancien leader Jack Layton qui déclarait en 2006 qu'il n'était pas souhaitable d'être citoyen de deux pays en tant que chef de parti.

M. Mulcair est député du quartier d'Outremont, très prisé des Français et qui abrite le collège Stanislas, l'une des deux écoles françaises de la ville.

Formant un tandem efficace avec Jack Layton, il a fait monter au printemps 2011 la vague orange - couleur du parti - qui a donné au NPD 59 des 75 sièges que le Québec compte au parlement fédéral. Le parti social-démocrate devient alors la deuxième formation du pays, une première dans l'histoire du Canada.

Le principal rival de Mulcair dans cette course à la direction du NPD, Brian Topp, est un apparatchik de la formation de gauche, un homme de l'ombre, sans expérience comme parlementaire, mais un excellent stratège, maître d'oeuvre de plusieurs campagnes électorales. Conseiller de Layton, il avait été promu par ce dernier au poste de président du NPD en 2011.

Après le premier tour de scrutin il restait quatre candidats en lice : Nathan Cullen (16,4%), Peggy Nash (12,8%), Thomas Mulcair et Brian Topp.

Les trois autres candidats, Niki Ashton (5,7%), Martin Singh (5,9%) et Paul Dewar (7,5%) ont été contraints à l'abandon. Singh a aussitôt apporté son soutien à Thomas Mulcair. Paul Dewar et Niki Ashton, eux, n'ont pas donné de consigne de vote pour le prochain tour.

Le prochain leader du NPD devra rassembler au moins 65.500 voix pour être élu. Le vote risquait de se poursuivre toute la journée de samedi, jusqu'à ce qu'une majorité se dégage. Le vote par internet de la plupart des membres du NPD risquait notamment de ralentir le scrutin, les connexions devenant difficiles.

Le nouveau leader portera les couleurs du NPD lors des élections législatives de 2015, emboîtant le pas à leur défunt chef de file, Jack Layton, qui avait hissé le parti au rang d'opposition officielle en mai 2011, trois mois avant de décéder d'un cancer.

"Pour la première fois, notre leader aura une possibilité réelle de devenir premier Premier ministre néo-démocrate du Canada", a noté Alexa McDonough, qui avait précédé Layton à la tête du parti.

Certes, les prochaines législatives sont loin. Mais les derniers sondages sur les intentions de vote mettent le NPD à égalité avec les conservateurs au pouvoir, essentiellement en raison de plusieurs décisions impopulaires du gouvernement actuel.

Vous aimerez aussi

Une employée dans une plantation de cannabis, à Lincoln, Ontario, au Canada, le 12 octobre 2018. [Lars Hagberg / AFP/Archives]
légalisation Le Canada légalise le cannabis
consommation Canada : pas assez de cannabis légal pour satisfaire la demande
récompense Une femme lauréate du prix Nobel de physique pour la première fois depuis 55 ans

Ailleurs sur le web

Derniers articles