Inde: un des deux otages italiens libéré

Un des deux otages italiens enlevés par des rebelles maoïstes la semaine dernière dans l'Etat de l'Orissa, dans l'est de l'Inde, a été libéré, a indiqué l'otage lui-même dimanche à la télévision indienne.[AFP/Archives]

Un des deux otages italiens enlevés par des rebelles maoïstes la semaine dernière dans l'Etat de l'Orissa, dans l'est de l'Inde, a été libéré, a indiqué l'otage lui-même dimanche à la télévision indienne.

"Ils m'ont finalement libéré aujourd'hui (dimanche). Espérons qu'ils libèreront Paolo (Bosusco) bientôt", a déclaré Claudio Colangelo, 61 ans, à la chaîne de télévision NDTV.

Paolo Bosusco, 54 ans, et Claudio Colangelo, un guide touristique vivant dans l'Orissa depuis dix ans et un médecin de Rome, effectuaient ensemble un circuit touristique.

"Je n'ai aucune idée des conditions posées par les maoïstes. J'espère qu'ils comprendront que Paolo n'a rien à voir avec cette histoire", a déclaré Colangelo.

Les ravisseurs des deux Italiens ont fait état de 13 revendications, dont l'arrêt des opérations des forces de sécurité, la fin du tourisme dans les zones tribales et la libération de prisonniers maoïstes.

La prise d'otages est une pratique familière des maoïstes, qui évoluent dans les forêts du centre et de l'est de l'Inde, mais les victimes ciblées étaient jusqu'à présent des policiers ou des représentants gouvernementaux.

Les maoïstes, aussi appelés "naxalites" (du nom d'un village d'où est parti l'insurrection, Naxalbari au Bengale occidental), disent défendre les minorités ethniques et les paysans sans terre dans les régions les plus déshéritées de l'Inde, et lutter contre les violences policières et la corruption.

Les insurgés, qui seraient 10.000 à 20.000, contrôlent surtout des régions rurales, dont certaines sont dotées de riches ressources minières, n'ayant pas bénéficié du développement économique de l'Inde.

Le conflit qui oppose les insurgés au pouvoir depuis 1967 a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes.

À suivre aussi

C'est dans cette prison que deux surveillants avaient été blessés en mars dernier par un détenu radicalisé.
Orne Fin de la prise d'otages à Condé-sur-Sarthe, les surveillants «sains et saufs»
Le cercueil de Cédric de Pierrepont, l'un des deux militaires tués au Burkina Faso, entre dans l'église Notre-Dame de Larmor-Plage, dans le Morbihan, le 15 mai 2019 [Damien MEYER / AFP]
Hommage Emotion et recueillement aux obsèques de Cedric de Pierrepont, tué au Burkina Faso
Polémique Touristes pris en otage : Hortefeux veut des travaux d’intérêt général pour les «irresponsables»

Ailleurs sur le web

Derniers articles