Homs bombardée par l'armée syrienne

L'armée syrienne bombardait lundi matin le quartier de Khaldiyé à Homs, dans le centre du pays, après des manifestations nocturnes à travers la Syrie, selon des militants.[YouTube/AFP]

L'armée syrienne bombardait lundi matin le quartier de Khaldiyé à Homs, dans le centre du pays, après des manifestations nocturnes à travers la Syrie, selon des militants.

Khaldiyé, bombardé en continu depuis près d'une semaine, était sous le feu des obus de mortier de l'armée du régime de Bachar al-Assad, qui ont provoqué des incendies dans des habitations, ont rapporté les Comités locaux de coordination (LCC) qui animent la contestation sur le terrain.

Cinq civils ont été grièvement blessés par des tirs de mortier sur un autre quartier, Ouarché, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), des militants sur place ont fait état de tirs à Saraqeb, où l'armée est entrée il y a trois jours, tandis que les troupes menaient des perquisitions et des arrestations.

Des campagnes d'arrestation ont également été menées dans les régions de Deraa (sud) et Deir Ezzor (est), selon l'OSDH.

A Hama (centre), de nombreux habitants ont défilé dans plusieurs quartiers dimanche soir tard pour dénoncé les perquisitions menées dans la journée par les troupes à la recherche de militants, ont rapporté des militants locaux.

Dans la région, l'armée bombardait toujours Qalaat al-Madiq, où la situation humanitaire s'aggrave selon les militants.

Ils ont également fait état de nombreux réfugiés fuyant les bombardements dans plusieurs localités.

Des manifestations ont également eu lieu dans la nuit à Damas et Alep (nord) et leurs régions, en soutien aux déserteurs de l'Armée syrienne libre (ASL) et pour réclamer la chute du régime et de ses dignitaires.

Les contestataires choisissent souvent de manifester la nuit tombée, plutôt que dans la journée, pour des raisons de sécurité.

La Syrie est en proie depuis un an à un mouvement de contestation sans précédent contre le régime de Bachar al-Assad qui le réprime dans le sang.

Les violences, attribuées par les autorités à des groupes "terroristes", ont fait plus de 9.100 morts selon l'OSDH.

Vous aimerez aussi

Une homme roule sur une motocyclette devant un bâtiment endommagé dans la ville de Binnish, dans le nord de la province d'Idleb en Syrie, le 15 octobre 2018 [OMAR HAJ KADOUR / AFP]
Conflit Syrie : les jihadistes ignorent une échéance clé d'un accord sur Idleb
Photo fournie par l'agence officielle syrienne Sana montrant le passage de Qouneitra sur le Golan, rouvert le 15 octobre 2018  [- / SANA/AFP]
Moyen-Age Réouverture du passage entre la Syrie et une zone du Golan sous contrôle israélien
Syrie : le difficile retour des habitants dans des zones dévastées par la guerre
Conflit Syrie : le difficile retour des habitants dans des zones dévastées par la guerre

Ailleurs sur le web

Derniers articles