La santé de Suu Kyi s'améliore

La santé de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, forcée de renoncer aux dernières étapes de sa campagne électorale, s'améliore mais continue de nécessiter quelques jours de repos avant le scrutin de dimanche, a annoncé lundi son parti politique.[AFP]

La santé de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, forcée de renoncer aux dernières étapes de sa campagne électorale, s'améliore mais continue de nécessiter quelques jours de repos avant le scrutin de dimanche, a annoncé lundi son parti politique.

La lauréate du prix Nobel de la paix, 66 ans, qui se présente aux législatives partielles du 1er avril, avait été prise de vomissements et placée sous perfusion après un voyage éprouvant dans l'extrême sud du pays.

"Elle est tombée malade d'épuisement après un long trajet en bateau", a indiqué son médecin selon un communiqué de la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

L'opposante souffre notamment d'une baisse de tension. "Bien que sa santé s'améliore, son médecin de famille a conseillé qu'elle se repose pour quatre ou cinq jours", précise la Ligue en relevant que des examens médicaux approfondis en février n'avaient rien révélé d'anormal.

Suu Kyi a vomi plusieurs fois et a dû être soignée après avoir été bloquée plusieurs heures samedi à bord d'un bateau échoué sur un banc de sable, qui l'emmenait vers Myeik (sud).

Elle a dû renoncer à la prochaine étape de la campagne qui devait la mener mardi à Magway, région du centre d'où son père, héros de l'indépendance, était originaire.

Suu Kyi avait déjà été victime d'un malaise début mars lors d'un discours prononcé à Mandalay, deuxième ville du pays. Elle avait dû temporairement interrompre son allocution devant 100.000 partisans.

Les législatives partielles du 1er avril sont considérées comme essentielles pour tester la sincérité des réformes du nouveau régime birman. Depuis un an, cette nouvelle équipe dirigée par d'anciens militaires a notamment encouragé le retour de Suu Kyi au coeur du jeu politique.

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Amal Clooney appelle Aung San Suu Kyi à gracier les journalistes de Reuters
La cheffe de l'ONU pour les droits de l'Homme Michelle Bachelet à Genève le 3 septembre 2018  [Fabrice COFFRINI / POOL/AFP]
Liberté de la presse Birmanie : l'ONU demande la libération «immédiate» des journalistes de Reuters 
La police birmane emmène les deux journalistes de Reuters après leur condamnation à sept ans de prison pour atteinte au secret d'Etat, sous les yeux de la presse, à Rangoun le 3 septembre 2018 [Ye Aung THU / AFP]
Justice Birmanie : deux journalistes condamnés à 7 ans de prison

Ailleurs sur le web

Derniers articles