Inde : 15 policiers tués dans un attentat maoïste

Quinze policiers indiens ont été tués mardi dans l'explosion d'une mine imputée aux rebelles maoïstes, dans le centre du pays, a rapporté l'agence Press Trust of India (PTI).[AFP/Archives]

Quinze policiers indiens ont été tués mardi dans l'explosion d'une mine imputée à des insurgés maoïstes, dans le centre du pays, a-t-on appris de source policière, une nouvelle attaque qui marque la reprise de la violence de la "rébellion rouge".

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier depuis juin 2010 perpétré par ce mouvement d'extrême gauche actif dans les régions rurales de l'est et du centre de l'Inde, qui dit lutter pour la défense des paysans sans terre, contre les violences policières et la corruption.

L'explosion s'est produite dans le district de Gadchiroli, à environ 1.000 km de la capitale du Maharashtra, Bombay, et près de la frontière du Chhattisgarh, l'un des bastions les plus durs de la rébellion.

"Quinze membres des CPRF (Force centrale de la police de réserve, principale force paramilitaire indienne) sont morts. L'attaque s'est produite vers 11H3O (06H00 GMT) lorsqu'un car les transportant a sauté sur un engin explosif", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la CPRF, B.C. Khanduri.

"Les blessés ont été emmenés à l'hôpital. Nous ne connaissons pas leur nombre exact", a-t-il ajouté.

Le chef des opérations antimaoïstes au Chhattisgarh, qui se présente sous le seul nom de Ramniwas, a déclaré à l'AFP que 12 policiers avaient été tués et 25 autres blessés.

Cette attaque intervient peu après l'enlèvement, pour la première fois en Inde, de deux étrangers par des rebelles maoïstes dans l'Etat de l'Orissa (est).

Les Italiens Paolo Bosusco, 54 ans, et Claudio Colangelo, un guide touristique vivant dans l'Orissa depuis dix ans et un médecin de Rome, faisaient ensemble un circuit touristique lorsqu'ils ont été pris en otage voici treize jours dans cet Etat devenu l'un des bastions de la "rébellion rouge".

M. Colangelo a été libéré dimanche et des discussions étaient en cours entre des représentants du gouvernement indien et de la rébellion maoïste pour libérer le deuxième otage.

En janvier, une attaque à la mine dans l'Etat du Jharkhand (est) avait tué au moins 12 policiers et blessé trois autres.

En juin 2010, 26 policiers avaient été tués dans une embuscade dans l'Etat du Chhattisgarh.

Les insurgés, qui seraient au total 10.000 à 20.000, contrôlent surtout des régions rurales, dont certaines sont dotées de riches ressources minières, n'ayant pas bénéficié du développement économique de l'Inde.

Le conflit, qui oppose les rebelles au pouvoir depuis 1967, a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes.

Vous aimerez aussi

Violences Un journaliste dénonce les conditions des actrices porno amateur
Le commissariat de police des Lilas, le 16 octobre 2018 en Seine-Saint-Denis [Bertrand GUAY / AFP]
Enquête Collégien mort aux Lilas : quatre adolescents placés en détention
Politique Violences en bande : Marine Le Pen dénonce un «terrorisme du quotidien»

Ailleurs sur le web

Derniers articles