Enlèvement du vice-consul saoudien au Yémen

Des hommes armés ont enlevé mercredi matin le vice-consul saoudien à Aden, principale ville du sud du Yémen où le réseau d'Al-Qaïda tente de conforter sa présence, a indiqué la police.[AFP/Archives]

Des hommes armés ont enlevé mercredi matin le vice-consul saoudien à Aden, principale ville du sud du Yémen où le réseau d'Al-Qaïda tente de conforter sa présence, a indiqué la police.

Le vice-consul, Abdallah al-Khalidi, a été enlevé alors qu'il sortait de son domicile dans le quartier de Mansoura par des hommes armés non identifiés, a précisé une source policière, sans pouvoir indiquer où il avait été conduit.

Il y a quatre mois, des hommes armés avaient intercepté le vice-consul et avaient volé sa voiture, selon les mêmes sources.

Aden est la principale ville du sud du Yémen, où des combattants liés à Al-Qaïda contrôlent déjà plusieurs localités, profitant de l'affaiblissement du pouvoir central en raison de la révolte populaire qui a abouti au départ du président Ali Abdallah Saleh.

Le réseau Al-Qaïda contrôle notamment depuis fin mai 2011 la ville de Zinjibar, chef-lieu de la province sudiste d'Abyane et plusieurs localités proches d'Aden.

Al-Qaïda a intensifié ses opérations depuis le 25 février, date à laquelle le vice-président Abd Rabbo Mansour Hadi a succédé officiellement au président Saleh qui est resté au pouvoir pendant 33 ans.

Vous aimerez aussi

Combinaison de photos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (D), le 10 mars 2019 à Jérusalem, et de son principal rival, le général Benny Gantz (G), le 1er avril 2019  [JACK GUEZ, GALI TIBBON / AFP/Archives]
Moyen-orient Elections en Israël : Netanyahou et Gantz donnent le dernier coup de collier
Laleh Shahravesh est actuellement dans l'incapacité de quitter le territoire.
Justice Dubaï : une militante risque la prison pour avoir insulté la femme de son ex-mari
Photo montage constitué d'archives du Premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale Fayez al-Sarraj (D), le 3 janvier 2019 à Tripoli, et de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, le 7 mai 2018 à Benghazi [Abdullah DOMA, Mahmud TURKIA / AFP/Archives]
Moyen-orient Raid aérien, «contre-offensive» : l'escalade se poursuit en Libye

Ailleurs sur le web

Derniers articles