L'Onu appelle le Soudan et le Soudan du Sud à une trève

Le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé mardi aux gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud de "cesser toute opération militaire dans (leurs) zones frontalières et de mettre fin au cycle de la violence" entre les deux pays.[AFP]

Le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé mardi aux gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud de "cesser toute opération militaire dans (leurs) zones frontalières et de mettre fin au cycle de la violence" entre les deux pays.

Dans une déclaration lue par l'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant, dont le pays préside le Conseil en mars, les 15 membres du Conseil demandent à chacun des deux pays "de ne prendre aucune initiative" qui menacerait la sécurité et la stabilité de l'autre, "y compris en soutenant directement ou indirectement des groupes armés opérant sur le territoire de l'autre".

Le Conseil "condamne les actions de tout groupe armé visant à renverser par la force le gouvernement du Soudan ou du Soudan du Sud", poursuit le texte.

Les 15 pays se déclarent "très inquiets des militaires" dans les régions frontalières "qui menacent d'entrainer une reprise du conflit entre les deux pays et aggravent la situation humanitaire".

A ce propos, ils "réaffirment l'urgence d'acheminer de l'aide humanitaire (..) pour éviter une aggravation de la grave crise au Kordofan-Sud et au Nil bleu", deux Etats limitrophes du Soudan du Sud.

L'aviation soudanaise a lancé mardi de nouveaux raids aériens sur le Soudan du Sud, selon des responsables du Sud, menaçant un récent rapprochement entre les deux pays.

Dans la nuit de lundi à mardi, après les premiers affrontements, le Soudan a "suspendu" la visite de son président Omar el-Béchir au Soudan du Sud prévue le 3 avril dans le cadre de ce rapprochement.

S'adressant à la presse, l'ambassadeur soudanais à l'ONU Daff-Alla Elhag Ali Osman a affirmé qu'il "n'y avait eu aucun bombardement aérien" de la part des forces soudanaises et que la situation humanitaire au Kordofan-Sud et au Nil Bleu était "tout à fait normale".

Ces tensions ravivent le spectre d'un conflit à grande échelle entre le Nord et le Sud, qui se sont affrontés durant 20 ans, au cours d'une guerre civile qui a fait deux millions de morts et a pris fin en 2005 avec un accord de paix ayant abouti à l'indépendance du Soudan du Sud juillet 2011.

Juba et Khartoum avaient signé mi-mars plusieurs documents et prévu le sommet du 3 avril pour faire progresser les questions des revenus pétroliers et des zones frontalières contestées, principaux sujets de tensions entre les deux pays.

À suivre aussi

Des Soudanais sont rassemblés le 30 décembre 2019 devant un tribunal à Omdourman, près de Khartoum, où étaient jugés des membres des services de renseignements pour la mort d'un manifestant [ASHRAF SHAZLY / AFP]
International Soudan : peine capitale pour 27 membres du renseignement pour la mort d'un manifestant
L'ex-président soudanais Omar el-Béchir au tribunal, à Khartoum, le 31 août 2019 [Ebrahim HAMID / AFP]
Justice Soudan : verdict attendu pour l'ex-président Béchir accusé de corruption
International Soudan: Béchir inculpé pour possession illégale de fonds étrangers

Ailleurs sur le web

Derniers articles