La Ligue arabe ne demande pas le départ d'Assad

Les ministres arabes des Affaires étrangères soumettront aux chefs d'Etat réunis jeudi à Bagdad un projet de résolution ne faisant pas mention de deux sujets litigieux: le départ du président syrien Bachar al-Assad et l'armement des rebelles syriens.[AFP]

Les ministres arabes des Affaires étrangères soumettront aux chefs d'Etat réunis jeudi à Bagdad un projet de résolution ne faisant pas mention de deux sujets litigieux: le départ du président syrien Bachar al-Assad et l'armement des rebelles syriens.

Le chef de la diplomatie irakienne Hoshyar Zebari a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse mercredi, à l'issue d'une réunion de cinq heures destinée à mettre la touche finale à la "Déclaration de Bagdad", issue du de jeudi.

"L'initiative de la Ligue arabe (du 22 janvier) était claire et ne demandait pas le départ de Bachar. Nous (les ministres arabes des Affaires étrangères) nous ne demandions pas cela non plus et la décision n'ira pas dans cette direction", a-t-il dit.

"C'est au peuple syrien de décider, de choisir, d'élire ses dirigeants. Ce n'est pas à la Ligue ou à qui que ce soit d'autre en fait de dicter qui les Syriens devraient choisir", a-t-il insisté.

Il en va de même pour ce qui est d'éventuelles livraisons d'armes à l'opposition syrienne: "Nous n'en avons pas du tout parlé", a répondu M. Zebari interrogé à ce sujet, alors que l'Arabie saoudite et le Qatar se sont récemment dits favorables à de telles livraisons.

La Syrie a toutefois averti qu'elle rejetterait toute nouvelle initiative émanant du sommet de Bagdad.

L'Irak, qui s'est jusqu'ici montré relativement en retrait sur le dossier syrien par rapport à la plupart des pays arabes, avait auparavant fait savoir qu'il allait proposer au sommet qu'une personnalité syrienne choisie par les autorités de Damas et l'opposition mène les négociations entre les deux parties et avec l'extérieur.

Il s'agit de "transférer les pouvoirs à une personne dont les autorités et l'opposition en Syrie pensent qu'elle peut mener des négociations et un dialogue sérieux", a expliqué le porte-parole du gouvernement irakien Ali Dabbagh. Cette proposition vise à trouver une voie de compromis suite au refus de l'opposition de négocier avec le président Bachar al-Assad.

Treize ministres des Affaires étrangères étaient présents au Palais républicain, construit par Saddam Hussein et qui se trouve dans la Zone Verte, secteur ultra-protégé au centre de Bagdad.

Les autres pays avaient envoyé des secrétaires d'Etat ou des ambassadeurs, selon une source officielle. La Ligue arabe compte 22 membres, mais la Syrie est absente, suspendue en raison de la répression d'un mouvement de contestation par le régime.

M. Zebari a annoncé que dix chefs d'Etat ou de gouvernement participeraient au sommet et six d'entre eux étaient arrivés mercredi soir.

L'Arabie saoudite, un des poids lourds du monde arabe, ne sera représenté que par un ambassadeur, et le Qatar, autre partisan de la ligne dure vis-à-vis du régime syrien, a également un bas niveau de représentation. Le Premier ministre cheikh Hamad ben Jassem al-Thani a déclaré qu'il cherchait ainsi "à envoyer un message à nos frères en Irak".

"Accueillir le sommet arabe à Bagdad est un message que l'Irak est de retour dans son environnement arabe et régional après avoir été isolé depuis 1990", date de l'invasion par Saddam Hussein du Koweït, a relevé M. Zebari.

Outre la Syrie, la résolution doit aussi aborder les questions palestinienne, la Somalie et les armes nucléaires détenues par Israël. "C'est une réunion historique car le texte n'abordera que neuf sujets contre 40 habituellement", a confié M. Zebari.

Plus de 100.000 soldats et policiers ont été mobilisés pour le sommet et une grande partie du réseau de téléphonie mobile est restée en panne toute la journée de mercredi, bien qu'aucune annonce n'ait été faite en ce sens.

Le prochain sommet prévu à Oman, se tiendra à Doha (Qatar) après un accord entre les deux pays, a affirmé aux journalistes Afif Abdel Wahab, représentant égyptien auprès de la Ligue arabe.

Vous aimerez aussi

Jean-Claude Juncker est pris en train de tituber
Commission européenne Jean-Claude Juncker filmé en train de tituber au sommet de l'Otan
(g-d) La chancelière allemande Angela Merkel, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président français Emmmanuel Macron, le 19 juin 2018 au palais de Meseberg [John MACDOUGALL / AFP]
Diplomatie Migrations : mini-sommet de crise pour trouver des «solutions européennes»
Sommet Trump / Kim Jong-un : quel bilan tirer de l'accord ?
Diplomatie Rencontre Donald Trump / Kim Jong-un : quel bilan tirer de l'accord ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles