Recueillement après la mort d'un homosexuel battu à mort

Plusieurs milliers de Chiliens ont salué vendredi dans les rues de la capitale Santiago le cortège funèbre d'un jeune homosexuel de 24 ans, torturé et battu à mort par des sympathisants néo-nazis présumés, un crime homophobe qui a ému le Chili.[AFP]

Plusieurs milliers de Chiliens ont salué vendredi dans les rues de la capitale Santiago le cortège funèbre d'un jeune homosexuel de 24 ans, torturé et battu à mort par des sympathisants néo-nazis présumés, un crime homophobe qui a ému le Chili.

Les "Santiaguinos" ont agité une multitude de mouchoirs blancs, lancé des fleurs ou applaudi, le long du parcours du cortège qui a cheminé pendant trois heures entre la maison où vivait Daniel Zamudio, à San Bernardo dans le sud de la capitale, et le cimetière général de Santiago.

"Il y aura un temps pour la justice, mais pour l'heure je demande seulement le respect, et je vous remercie de tout coeur pour chaque geste, chaque larme versée pour mon frère", a déclaré à la foule le frère de la victime, Diego, avant l'inhumation de la victime dans l'intimité.

Daniel Zamudio a été agressé et battu le 3 mars, lors d'un calvaire qui aurait duré six heures, entre coups et brûlures de cigarettes, par un groupe de sympathisants néo-nazis présumés dont quatre, âgés de 19 à 25 anx, ont été arrêtés. Le jeune homme a succombé à ses blessures 25 jours plus tard.

Le crime a profondément choqué la société chilienne, très majoritairement catholique et conservatrice, mais où le tabou entourant l'homosexualité est en train d'être peu à peu levé.

Le président Sebastian Piñera (droite), a présenté en 2011 un projet de loi sur la famille, qui aboutit à reconnaître civilement les couples homosexuels, projet qui n'a toutefois pas encore été voté au Parlement.

La mort de Daniel Zamudio a relancé les appels à une législation plus ambitieuse, notamment un projet de loi anti-discrimination que le gouvernement à promis "d'urgenter" ces derniers jours.

Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a exhorté le Chili à créer une loi permettant de sanctionner davantage les crimes fondés sur l'orientation sexuelle.

"Ce que nous voulons est l'égalité devant la loi, et Daniel est l'exemple de la nécessité et de la possibilité de changer les choses", a déclaré vendredi Rolando Jiménez, président du Mouvement de libération homosexuel (Movilh) du Chili.

Vous aimerez aussi

Chili : l'armée sauve une baleine de 9 mètres échouée sur la plage
sauvetage Chili : l'armée sauve une baleine de 9 mètres échouée sur la plage
Chili: l'art de voir avec les mains
Art Chili : l'art de voir avec les mains
La présence de l'évêque Juan Barros aux côtés du Pape François, ici à Lobitos Beach le 18 janvier 2018, avait faot scandale au Chili [Vincenzo PINTO / AFP/Archives]
Église Le pape lâche trois évêques chiliens dont son ex-protégé Juan Barros

Ailleurs sur le web

Derniers articles