Manifestation à Hong Kong contre les élections

Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche à Hong Kong, une semaine après l'élection du nouveau chef du gouvernement du territoire qu'ils estiment non démocratique et grandement influencée par Pékin.[AFP]

Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche à Hong Kong, une semaine après l'élection du nouveau chef du gouvernement du territoire qu'ils estiment non démocratique et grandement influencée par Pékin.

Leung Chun-ying, 57 ans, a été élu le 25 mars par un collège de 1.200 grands électeurs représentant l'élite locale dans la finance, le commerce, l'éducation supérieure ou les autorités religieuses. Beaucoup de ces grands électeurs manifestent les meilleures dispositions à l'égard de Pékin.

Les manifestants ont défilé en brandissant des banderoles et en criant des slogans tels que "Une personne, un vote". Ils se sont rendus devant les locaux abritant les représentants des autorités de Pékin.

Depuis sa rétrocession par la Grande-Bretagne à la Chine en 1997, Hong Kong a le statut de Région administrative spéciale (RAS) et bénéficie en principe d'une large autonomie en vertu du modèle "un pays, deux systèmes".

Ses habitants jouissent d'une liberté de parole inconnue sur le continent mais Pékin garde la haute main sur la politique locale.

"Pékin est intervenu de manière flagrante dans nos élections", déclare Lam Sum-shing, un retraité de 69 ans vêtu d'un uniforme militaire kaki et portant un masque orné de la photo de Leung CY.

"Je porte cela pour souligner qu'il sera +monsieur oui-oui+ pour Pékin. Il n'a pas été choisi par les sept millions de Hongkongais mais par 689 membres de l'élite pro-Pékin", a ajouté le manifestant.

La police et les organisateurs n'ont pas donné de chiffres pour la participation au rassemblement mais un journaliste de l'AFP l'a estimée à au moins 5.000 personnes.

Les autorités chinoises ont laissé entendre que le suffrage universel direct pour l'élection du chef de l'exécutif pourrait intervenir au plus tôt en 2017 et en 2020 pour le parlement local. Elles avaient déjà évoqué en 2007 le suffrage universel, pour 2012...

Vous aimerez aussi

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras (c) salue les pompiers ayant combattu les incendies meurtriers de Mati, à l'est d'Athènes, le 30 juillet 2018 [- / GREEK PRIME MINISTER'S PRESS OFFICE/AFP/Archives]
Grèce L'avenir politique de Tsipras incertain malgré la fin des plans d'aide
 Muriel Pénicaud  et Agnès Buzyn (d) à l'Assemblée nationale en mars 2018. [ALAIN JOCARD / AFP/Archives]
Gouvernement Pauvreté, assurance chômage, système de santé : une rentrée sociale dense
Impôts Un simulateur pour calculer votre taxe d'habitation 2018

Ailleurs sur le web

Derniers articles