Birmanie: Aung San Suu Kyi évoque "le début d'une nouvelle ère"

Des partisans d'Aung San Suu Kyi.[CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP]

La Ligue nationale pour la démocratie (LND) de l'opposante Aung San Suu Kyi a affirmé lundi avoir remporté au moins 43 des 44 sièges qu'elle briguait lors des élections partielles de la veille, alors qu'aucun résultat officiel n'a été annoncé.

"Nous avons gagné 43 sièges sur 44, nous attendons les résultats du dernier, dans le Nord de l'Etat Shan, pour cet après-midi", a précisé Kyi Toe, un porte-parole de la LND. Le parti avait déjà annoncé dimanche la victoire de Suu Kyi et revendiqué être "en tête" partout dans le pays.

Aung San Suu Kyi a salué la "victoire du peuple" dans un communiqué et demandé à ses troupes de s'abstenir de tout débordement. L'opposante birmane a ajouté : "Nous espérons que cela va être le début d'une nouvelle ère dans laquelle le rôle du peuple dans la politique au quotidien sera accentué". "Ce n'est pas tant notre triomphe qu'un triomphe de ceux qui ont décidé qu'ils devaient participer au processus politique de ce pays", a enfin précisé Aung Saan Suu Kyi.

"Je voudrais demander à tous les membres de la LND d'être particulièrement attentifs, en particulier au fait que la victoire du peuple soit une victoire digne", a déclaré la lauréate du prix Nobel de la paix après des élections partielles historiques.

Bien avant la moindre communication officielle de la Commission électorale, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Suu Kyi a tablé dimanche soir sur des victoires dans tout le pays et affirmé qu'Aung San Suu Kyi avait triomphé dans sa circonscription rurale de Kahwmu.

Des milliers de partisans ont hurlé leur joie et chanté jusque tard dans la soirée devant le siège du parti à Rangoun.

"Il est normal que les membres de la LND et ses partisans soient heureux en ce moment. Mais des propos, comportements et activités qui pourraient faire du tort aux autres organisations et personnes doivent être bannis", a ajouté l'opposante dans un texte publié dimanche soir.

Le gouvernement, d'anciens militaires réformateurs arrivés au pouvoir il y a un an, tente de prouver que ses réformes justifient la levée des sanctions occidentales qui étranglent l'économie du pays.

Au terme d'un processus de transition non violent et sous contrôle de l'armée, cette nouvelle équipe a proposé à Suu Kyi d'intégrer l'échiquier politique officiel. Selon les analystes, le gouvernement avait lui-même intérêt à voir l'opposante triompher sous le regard de la communauté internationale.

Vous aimerez aussi

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, le soir de l'élection, le 6 novembre 2018 [JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]
Etats-Unis La Floride de nouveau plongée dans un amer imbroglio électoral
L'Allemand Manfred Weber (G) et le Finlandais Alexander Stubb (D) lors d'un débat à Helsinki, Finlande, le 7 novembre 2018. [Heikki Saukkomaa / Lehtikuva/AFP]
scrutin Elections européennes : la droite européenne désigne son champion
Etats-Unis Midterms : les 10 choses à retenir

Ailleurs sur le web

Derniers articles