Mission humanitaire pour récupérer des otages en Colombie

Une mission humanitaire a décollé lundi dans la matinée en Colombie pour aller récupérer dans la jungle une partie des derniers policiers et militaires encore séquestrés par les Farc, les plus anciens otages de la guérilla marxiste.[AFP]

Une mission humanitaire a décollé lundi dans la matinée en Colombie pour aller récupérer dans la jungle une partie des derniers policiers et militaires encore séquestrés par les Farc, les plus anciens otages de la guérilla marxiste.

Après un retard dû au mauvais temps, deux hélicoptères de transport de l'armée brésilienne, mis à la disposition du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et du collectif civil "Colombiens pour la paix", ont quitté l'aéroport de Villavicencio, à 110 km au sud de Bogota, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Ce qui était un espoir est désormais une réalité", a lancé la présidente du collectif, l'ancienne sénatrice Piedad Cordoba, dans un message écrit sur son compte Twitter, juste avant d'embarquer à bord d'un des hélicoptères.

"Aujourd'hui commence le processus de libération. Cela va avoir lieu, les gens peuvent être rassurés. C'est un fait, ce sera un succès total", avait affirmé auparavant Mme Cordoba, dont la médiation a déjà permis d'obtenir la libération d'autres otages.

Principale guérilla du pays, les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont promis de relâcher six policiers et quatre militaires, en captivité depuis 12 à 14 ans, afin de relever "le pari de la paix".

Un premier groupe doit être remis à la mission humanitaire lundi et un second mercredi. L'armée colombienne s'est engagée de son côté à suspendre ses opérations militaires dans la zone de libération, le temps de l'opération.

Les otages, dont le retour est attendu dans l'après-midi, seront aussitôt transférés dans la capitale pour y passer des examens médicaux.

Des dizaines de leurs proches ainsi qu'une délégation de personnalités étrangères, dont la Guatémaltèque Rigoberta Menchu, prix Nobel de la paix, ont salué le départ des hélicoptères avec des prières et des cantiques à Villavicencio, où des photos géantes des "héros de la patrie" ornent les rues.

Une vingtaine d'otages ont déjà été libérés dans des conditions similaires, avec l'aide du Brésil, dont les rebelles ont demandé la médiation en gage de neutralité. D'autres ont été secourus par l'armée, comme l'ancienne sénatrice franco-colombienne Ingrid Betancourt, libérée en juillet 2008.

Dix ans après l'échec de négociation avec le gouvernement, la libération des policiers et des militaires pourrait constituer un tournant pour les Farc qui les ont toujours considérés jusqu'ici comme une monnaie d'échange pour les rebelles emprisonnés.

Selon les autorités, deux policiers sont encore portés disparus, mais les Farc n'ont jamais revendiqué leur capture.

Fondée en 1964 pour défendre les petits paysans, la guérilla compte encore 9.000 combattants, repliés dans les montagnes et les forêts, à la suite d'une série de revers militaires qui ont divisé ses troupes par deux en dix ans et provoqué la mort de plusieurs de ses chefs.

Le groupe rebelle, qui détiendrait aussi plus d'une centaine d'otages civils, s'est également engagé à renoncer aux enlèvements contre rançon, une pratique qui assurait une partie de son financement.

En dépit de leurs appels à la paix, les Farc continuent de s'opposer régulièrement sur les modalités d'un dialogue avec les autorités qui réclament en préalable l'arrêt des violences et la libération de toutes les personnes séquestrées.

Vous aimerez aussi

Photo transmise par les services de l'Ombudsman colombien des otages libérés par la guérilla de l'ELN lors d'une conférence de pressele 12 septembre 2018. [HO / Colombian Ombudsman/AFP]
Amérique du Sud Colombie : l'ELN libère six otages, le président les veut tous libres
Prospectus anti-corruption distribués à Bogota le 22 août 2018, avant une consultation nationale [John VIZCAINO / AFP]
consultation La Colombie vote dimanche sur la lutte contre la corruption
La culture de coca occuperait actuellement 209.000 hectares en Colombie.
Drogues Colombie : des drones à pesticides pour enrayer la production de cocaïne

Ailleurs sur le web

Derniers articles