Mali : la France rejette la déclaration d'indépendance de l'Azawad

La France rejette la déclaration d'indépendance du Nord-Mali proclamée par un groupe touareg, qu'elle considère comme "nulle et non avenue", a déclaré vendredi le ministère des Affaires étrangères.[AFP/Archives]

La France rejette la déclaration d'indépendance du Nord-Mali proclamée par un groupe touareg, qu'elle considère comme "nulle et non avenue", a déclaré vendredi le ministère des Affaires étrangères.

"Nous considérons que la déclaration unilatérale d'+indépendance de l'Azawad+ est nulle et non avenue", a dit à la presse le porte-parole du ministère, Bernard Valero. La France "défend l'unité et l'intégrité territoriale du Mali", a-t-il ajouté.

La France appelle le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), qui a déclaré vendredi matin l'indépendance du Nord-Mali à "inscrire son action dans le cadre d'un dialogue politique respectueux de l'ordre constitutionnel malien et de l'unité du pays".

Le MNLA, mouvement laïc, ne contrôle cependant pas tout le Nord-Mali. La ville de Tombouctou est aux mains d'un mouvement islamiste touareg, Ansar Dine, qui est opposé à l'indépendance, veut l'instauration d'un Etat islamique au Mali et a des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Nous condamnons fermement les violences et les pillages perpétrés par les milices d'Aqmi et d'Ansar Dine", a déclaré Bernard Valero. "Nous condamnons également les enlèvements de personnels diplomatiques et consulaires algériens", a-t-il ajouté, en référence à l'enlèvement du consul d'Algérie à Gao, au nord-est du Mali et de six membres de sa mission.

À suivre aussi

Emmanuel Macron estime que son homologue brésilien Jair Bolsonaro a «menti» sur ses engagements en faveur de l'environnement.
Diplomatie Emmanuel Macron accuse Bolsonaro d'avoir «menti» sur le climat, la France s'oppose à l'accord UE-Mercosur
Le président français Emmanuel Macron s'adresse à la presse devant l'Elysée, le 22 août 2019. [GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP]
Diplomatie Nucléaire iranien : Macron tente une médiation avant le sommet du G7
Une photo prise lors de la visite de Boris Johnson à l'Elysée, ce jeudi 22 août, montre le Premier ministre britannique le pied droit sur la table.
Diplomatie Boris Johnson a-t-il posé un pied sur la table pendant sa visite à l'Elysée ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles