Birmanie: première session au Parlement pour Aung San Suu Kyi

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi (g) dans les couloirs de la chambre basse du Parlement, le 9 juillet 2012 à Naypyidaw[AFP]

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a siégé pour la première fois lundi comme députée à la chambre basse du Parlement, consécration de son entrée dans le jeu politique légal après des années de lutte passées pour la plupart en résidence surveillée.

"J'essaierai de faire de mon mieux pour mon pays", a déclaré la chef de file de l'opposition et prix Nobel de la paix. Interrogée en fin de journée sur ce qu'elle avait pensé de la première session ordinaire de sa carrière politique, elle a répondu froidement: "Un travail est un travail".

Après deux décennies de quasi-illégalité sous le joug de la junte, son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), est devenue lors des partielles d'avril dernier le premier parti d'opposition avec environ 10% des sièges.

L'hémicycle est largement dominé par les militaires et leurs alliés. Mais le régime dit "civil" qui a succédé en mars 2011 à la junte a consolidé son pouvoir avec l'annonce la semaine dernière du départ imminent de conservateurs de postes-clé du gouvernement.

Le Parlement doit notamment entériner la nomination d'un nouveau vice-président pour remplacer Tin Aung Myint Oo, proche de l'ex-patron de la junte aujourd'hui à la retraite, le généralissime Than Shwe.

La télévision d'Etat a annoncé lundi soir un remaniement ministériel mineur, concernant uniquement des vice-ministres, sans préciser s'il faisait partie d'un changement plus important.

La session parlementaire s'était ouverte mercredi dernier mais Suu Kyi, 67 ans, revenue quelques jours auparavant d'un voyage de plus de deux semaines en Europe, avait obtenu de ne pas assister aux premières séances.

"C'est bien qu'elle arrive aujourd'hui, nous lui souhaitons tous la bienvenue", a commenté le général Wai Lin, l'un des militaires d'active à qui sont réservés d'office 25% des sièges.

"Elle peut améliorer le processus de réformes et (...) donner plus de droits aux minorités ethniques", a estimé pour sa part Ngon Maungg, un député du Parti national chin, l'une des nombreuses minorités du pays.

Dans les jours à venir, les députés doivent notamment se consacrer aux violences en Etat Rakhine (ouest) entre communautés musulmane et bouddhiste, qui ont fait plus de 80 morts et des dizaines de milliers de déplacés en juin.

A l'ordre du jour figure aussi la loi sur les investissements, dans un marché prometteur mais dépourvu des infrastructures légales nécessaires pour assouvir la soif des grands groupes étrangers.

Suu Kyi a promis qu'elle se joindrait au "concert législatif" pour pousser vers une plus grande "transparence" du Parlement. Sa carrière de députée ne débute que 22 ans après sa victoire aux élections de 1990, dont les résultats n'ont pas été reconnus par les militaires. Elle a été ensuite privée de liberté pendant 15 ans.

Mais le président et ancien général Thein Sein, à qui la junte sortante a confié les rênes du pouvoir en mars 2011, a multiplié les gestes en sa direction et a libéré des centaines de prisonniers politiques.

Il a simultanément réussi à gagner la confiance de l'Occident. L'Union européenne a ainsi suspendu ses sanctions et les Etats-Unis ont nommé un ambassadeur.

La route vers la démocratie, notamment des élections libres en 2015 pour lesquelles la LND fait d'ores et déjà figure de favori, n'en est pas moins chaotique.

Au moins vingt responsables étudiants ont été arrêtés vendredi à travers le pays, à la veille de cérémonies consacrées au cinquantenaire des manifestations de 1962, année qui a marqué le début d'un demi-siècle de juntes militaires.

Ils ont tous été libérés samedi. Les autorités n'avaient pas mené ce type d'opérations depuis la dissolution de la junte.

Vous aimerez aussi

La cheffe de l'ONU pour les droits de l'Homme Michelle Bachelet à Genève le 3 septembre 2018  [Fabrice COFFRINI / POOL/AFP]
Liberté de la presse Birmanie : l'ONU demande la libération «immédiate» des journalistes de Reuters 
La police birmane emmène les deux journalistes de Reuters après leur condamnation à sept ans de prison pour atteinte au secret d'Etat, sous les yeux de la presse, à Rangoun le 3 septembre 2018 [Ye Aung THU / AFP]
Justice Birmanie : deux journalistes condamnés à 7 ans de prison
Le Conseil de sécurité des Nations Unies se réunit pour discuter de la situation des Rohingyas en Birmanie, au siège de l'ONU, à New York, le 28 août 2018 [DOMINICK REUTER / AFP]
Rohingyas La Birmanie rejette le rapport de l'ONU accusant son armée de «génocide»

Ailleurs sur le web

Derniers articles