Première session au parlement birman pour Aung San Suu Kyi

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi, le 3 juillet 2012 à Rangoun au siège de son parti[AFP/Archives]

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a siégé pour la première fois lundi comme députée à la chambre basse du parlement birman, consécration de son entrée dans le jeu politique légal après des années de lutte passées pour la plupart en résidence surveillée.

"J'essaierai de faire de mon mieux pour mon pays", a déclaré la chef de file de l'opposition avant de s'engouffrer dans le parlement pour la première session ordinaire de sa carrière politique.

Après deux décennies de quasi-illégalité sous le joug de la junte, son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), est devenue lors des partielles d'avril dernier le premier parti d'opposition avec environ 10% des sièges.

L'hémicycle est largement dominé par les militaires et leurs alliés. Mais le régime dit "civil" qui a succédé en mars 2011 à la junte militaire a continué ces dernières semaines à consolider son pouvoir, avec l'annonce du départ de plusieurs conservateurs de postes-clé du gouvernement.

La session avait repris mercredi dernier mais Suu Kyi, 67 ans, revenue quelques jours avant d'un voyage de plus de deux semaines en Europe, avait obtenu de ne pas assister à ces séances.

Cette session doit notamment être consacrée aux récentes violences en Etat Rakhine (ouest) entre communautés musulmane et bouddhiste, qui ont fait plus de 80 morts et des dizaines de milliers de déplacés en juin.

A l'ordre du jour figureront aussi les débats sur la très attendue loi sur les investissements, dans un marché très prometteur mais dépourvu des infrastructures légales nécessaires pour assouvir la soif des grands groupes étrangers.

 

Interview : "La marge de manoeuvre d'Aung San Suu Kyi est encore réduite"

La tournée triomphale Aung San Suu Kyi en Europe en images

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Amal Clooney appelle Aung San Suu Kyi à gracier les journalistes de Reuters
La cheffe de l'ONU pour les droits de l'Homme Michelle Bachelet à Genève le 3 septembre 2018  [Fabrice COFFRINI / POOL/AFP]
Liberté de la presse Birmanie : l'ONU demande la libération «immédiate» des journalistes de Reuters 
La police birmane emmène les deux journalistes de Reuters après leur condamnation à sept ans de prison pour atteinte au secret d'Etat, sous les yeux de la presse, à Rangoun le 3 septembre 2018 [Ye Aung THU / AFP]
Justice Birmanie : deux journalistes condamnés à 7 ans de prison

Ailleurs sur le web

Derniers articles