La "marche noire" des mineurs en grève entre dans Madrid

Des mineurs en route pour Madrid le 10 juillet 2012[AFP]

En gilet jaune, casque sur la tête, les centaines de mineurs en grève de la "marche noire", venue à pied du nord de l'Espagne, ont fait leur entrée mardi dans Madrid, à la veille d'une grande manifestation pour crier le désespoir de toute une profession.

Aux cris de "Les voilà, ce sont les mineurs du charbon!", "Madrid brûle!", la colonne venue d'Aragon, dans le nord-est, a parcouru dans la matinée les derniers kilomètres, avant de rejoindre l'autre colonne, arrivée des bassins miniers des Asturies et du Leon, dans le nord-ouest de l'Espagne.

Tous ensemble, ils doivent participer mardi soir à une marche nocturne vers le centre de Madrid, avant la manifestation prévue mercredi jusque devant le ministère de l'Industrie.

Visiblement fatigués après des centaines de kilomètres de marche, certains portaient des foulards rouges et des chemises noires portant les inscriptions: "Non à la fermeture des mines de charbon".

En grève depuis deux mois, ils protestent contre la réduction des aides publiques au secteur minier, décidée cette année par le gouvernement de droite, qui selon eux condamne plus vite que prévu toute une profession.

"Nous devons faire prendre conscience au gouvernement que les villes minières doivent survivre, tout comme le charbon, qui est une source d'énergie locale et bon marché", explique Antonio Risco, un marcheur de 52 ans, en préretraite après 22 ans passés au fond de la mine.

"S'ils ferment les mines, il ne reste plus rien, ils avaient beaucoup de temps pour reconvertir les bassins miniers, et ils n'ont rien fait. S'ils ferment les mines, ils nous jetteront dehors et où irons nous, s'il n'y a rien ?", demande Francisco Martin, un mineur de 35 ans venu d'Arino, dans la province de Teruel, au nord-est de Madrid.

Alors que sur décision de Bruxelles, les aides de l'Etat au secteur minier doivent prendre fin en 2018, la réduction de ces subventions de 63% prévue cette année menace, selon les syndicats, environ 30.000 emplois directs ou indirects.

La manifestation de mercredi, à laquelle sont attendues 25.000 personnes à bord de 500 autocars, doit marquer un temps fort du conflit, totalement bloqué et qui a souvent dégénéré ces dernières semaines en violences dans le nord de l'Espagne.

A lire sur le sujet :

Espagne : le conflit des mineurs redouble de violence

Avec ses mineurs, la petite ville de espagnole de Bembibre lutte pour survivre

Les mineurs espagnols sont en colère

La lutte jusqu'au bout des mineurs espagnols

Une grève tourne à l'émeute dans le nord de l'Espagne

 

Vous aimerez aussi

portrait Qui est Susana Gallardo, la nouvelle compagne de Manuel Valls ?
Politique Municipales à Barcelone : Manuel Valls annoncera sa décision mardi
Espagne Madrid : un mort dans un effondrement sur un chantier

Ailleurs sur le web

Derniers articles