Premier ambassadeur américain en Birmanie en 22 ans

Le nouvel ambassadeur américain en Birmanie, Derek Mitchell, en mars 2012 à Rangoun[AFP/Archives]

Le premier ambassadeur américain en Birmanie depuis 22 ans était attendu mercredi dans la capitale Naypyidaw, concrétisation du rapprochement entre les deux pays après plus d'un an de profondes réformes politiques, a annoncé l'ambassade américaine.

Derek Mitchell, spécialiste réputé de l'Asie, doit prendre ses fonctions alors que le nouveau régime dit "civil", au pouvoir depuis mars 2011, a multiplié les réformes et permis l'élection comme députée de la chef de file de l'opposition, Aung San Suu Kyi.

Le diplomate devait atterrir à Rangoun et s'envoler "immédiatement pour Naypyidaw pour présenter ses lettres de créances au président Thein Sein", a indiqué l'ambassade américaine à Rangoun.

La chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton avait indiqué en janvier qu'elle remplirait la promesse faite fin 2011, lors d'une visite historique en Birmanie, de répondre à "chaque action (des autorités birmanes) par une action" de même niveau.

Le régime birman venait alors de libérer des prisonniers politiques de premier plan, une amnistie réclamée par l'Occident comme preuve de la sincérité du processus politique.

Les sanctions américaines contre la Birmanie n'ont été pour l'instant qu'allégées et leur levée sera compliquée d'un point de vue légal et législatif. Mais les relations bilatérales n'ont plus rien à voir avec l'époque où Naypyidaw était aux mains de la junte du généralissime Than Shwe.

Deux ministres américains iront mi-juillet évoquer "la promotion d'un engagement (américain) en matière économique et commerciale", selon le département d'Etat.

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Amal Clooney appelle Aung San Suu Kyi à gracier les journalistes de Reuters
La cheffe de l'ONU pour les droits de l'Homme Michelle Bachelet à Genève le 3 septembre 2018  [Fabrice COFFRINI / POOL/AFP]
Liberté de la presse Birmanie : l'ONU demande la libération «immédiate» des journalistes de Reuters 
La police birmane emmène les deux journalistes de Reuters après leur condamnation à sept ans de prison pour atteinte au secret d'Etat, sous les yeux de la presse, à Rangoun le 3 septembre 2018 [Ye Aung THU / AFP]
Justice Birmanie : deux journalistes condamnés à 7 ans de prison

Ailleurs sur le web

Derniers articles