La guerre contre le sida est-elle gagnée ?

Le discours d'Hillary Clinton a été acclamé par l'auditoire de la XIXe conférence sur le sida.[ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

En pleine XIXe conférence internationale sur le sida, qui se déroule jusqu'à vendredi à Washington, l’espoir de voir la pandémie endiguée est dans tous les esprits. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a promis au monde entier une « génération sans sida.» Pourtant, l’épidémie est loin d’être terminée.

30 millions de morts. Depuis sa découverte il y a 30 ans, le VIH n’a épargné aucun continent. Après trois décennies de recherche, les scientifiques ont indéniablement avancé et ont développé  plusieurs traitements afin de diminuer la mortalité et les contaminations.

Les combinaisons de médicaments antirétroviraux ont permis par exemple de sauver plus de 700.000 vies en 2010 selon l’Organisation mondiale de la santé.

Le 16 juillet dernier, le Truvada, un agent antirétroviral, a été mis sur le marché américain en tant que traitement préventif. Selon un essai réalisé en 2010, la prise quotidienne de pilule permettrait de réduire de 90% le risque de contamination.

Plusieurs associations ont cependant tiqué, jugeant que cette commercialisation endormirait la prudence des séropositifs lors de rapports sexuels. L’utilisation du préservatif est toutefois toujours fortement conseillée car le risque d’infection subsiste.

 

L'Afrique, principal foyer du sida

Si les traitements existent, ils restent extrêmement chers. Et même si des efforts sont fournis afin de distribuer des médicaments en Afrique, 90% des individus touchés par le virus se concentrent sur ce continent. Même si la propagation du virus a tendance à reculer, le risque s'avère toujours aussi présent.

Pis encore, une étude menée par l'UE et publiée lundi a fait état d’un nouveau problème de taille. Dix ans après leur apparition, les traitements antirétroviraux font face à une résistance. Le virus a muté et s’adapte à la médication. Pas moins de 26.000 personnes sont touchées par cette résistance si l'on en croit la revue britannique The Lancet.

Mais si l’Afrique est particulièrement touchée, l’Europe de l’est assiste ces dernières années à une augmentation de cas d'individus contaminés. Un million et demi de personnes sont infectés dans cette zone, notamment en Russie et en Ukraine.

Dans ces pays, l’accès aux antirétroviraux est extrêmement compliqué et la prévention concernant la toxicomanie, et notamment sur les dangers des échanges de seringues, se révèle inexistante. Cela aggrave la situation des deux nations comme en fait état France Info.

 

Espoir et pragmatisme

Lors de la XIXe conférence sur le sida, Hillary Clinton a annoncé 150 millions de dollars de financement afin de lutter plus efficacement encore contre la maladie. Elle souhaite que dans un futur proche, plus aucun enfant ne naisse avec la maladie.

« Imaginez le jour où nous ne serons plus frappés par cette terrible épidémie,» a-t-elle annoncé, promettant au monde « l’engagement des Etats-Unis pour qu’émerge une génération sans sida.» Des propos acclamés par un auditoire plein d’espoir.

Plus pragmatique, Bill Gates, l’un des plus fervents combattant du virus, a émis quelques réserves à ce sujet. Selon lui, la fin de l’épidémie n’est toujours pas d'actualité car les fonds actuellement mis en oeuvre sont insuffisants pour soigner tous les individus infectés.

« Nous vivons actuellement dans une période d’une incroyable incertitude quant au fait de savoir comment maintenir de solides financements,» a-t-il déclaré dans une interview pour Reuters. Sa fondation « Bill et Melinda Gates » s’est de son côté engagée à verser 2.5 milliards de dollars dans la recherche d’un vaccin contre le VIH.

Dans le monde, près 35 millions d'individus vivent avec le VIH dont 23.1 millions rien qu'en Afrique sub-Saharienne.
 

Lire aussi sur DirectMatin.fr

Feu vert américain pour un traitement préventif anti-sida.

Hillary Clinton promet "une génération sans sida".

Sida un traitement préventif ?

Une campagne pour lever les restrictions de voyage sur les séropositifs.

À suivre aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles