Onze arrestations à Bahreïn lors de manifestations

Onze personnes ont été arrêtées lors de manifestations marquées par des violences dans la nuit de lundi à mardi dans plusieurs villages de Bahreïn, a annoncé le chef de la sécurité publique, tandis que des témoins ont fait état de tirs à la chevrotine par la police.[AFP] Onze personnes ont été arrêtées lors de manifestations marquées par des violences dans la nuit de lundi à mardi dans plusieurs villages de Bahreïn, a annoncé le chef de la sécurité publique, tandis que des témoins ont fait état de tirs à la chevrotine par la police.[AFP]

Onze personnes ont été arrêtées lors de manifestations marquées par des violences dans la nuit de lundi à mardi dans plusieurs villages de Bahreïn, a annoncé le chef de la sécurité publique, tandis que des témoins ont fait état de tirs à la chevrotine par la police.

Les violences les plus significatives se sont produites à l'entrée du village chiite d'Abou Saybaa, à l'ouest de Manama, a précisé le général Tarek al-Hassan à l'agence officielle BNA.

"Des groupes de saboteurs ont jeté des cocktails Molotov en direction d'une voiture conduite par une Bahreïnie, endommageant le véhicule", a-t-il dit, ajoutant que d'autres violences s'étaient produites dans le village de Bani Jamra dans le même secteur.

"Les services de sécurité ont réussi à arrêter onze saboteurs (...) qui seront traduits en justice", a encore indiqué le général al-Hassan.

Selon des témoins, de nombreux chiites ont manifesté à l'appel du "Collectif des jeunes du 14 février", un groupe contestataire, à l'occasion de l'"indépendance de Bahreïn", sur le thème "la fête de la liberté".

La Grande-Bretagne a mis fin le 14 août 1971 à sa présence à Bahreïn mais cette date n'est pas célébrée officiellement.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et tiré, selon ces témoins, à la chevrotine, blessant plusieurs autres.

Plus d'un an après le mouvement de contestation mené par des chiites, majoritaires dans le pays, contre la dynastie sunnite des Al-Khalifa, Bahreïn continue de connaître des manifestations périodiques, surtout de nuit dans les villages chiites.

Vous aimerez aussi

gilets jaunes Enquête ouverte après la vidéo du passage à tabac d’un homme par la police
faits-divers Inde : brûlée vive alors qu’elle allait porter plainte contre ses agresseurs
gilets jaunes L'incontrôlable crise ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles