Un haut dirigeant nord-coréen en visite en Chine

Jang Song-Thaek, l'influent oncle du leader nord-coréen Kim Jong-Un, se trouvait mardi à Pékin pour des discussions centrées sur l'économie et le commerce.[KCNA] Jang Song-Thaek, l'influent oncle du leader nord-coréen Kim Jong-Un, se trouvait mardi à Pékin pour des discussions centrées sur l'économie et le commerce.[KCNA]

Jang Song-Thaek, l'influent oncle du leader nord-coréen Kim Jong-Un, se trouvait mardi à Pékin pour des discussions centrées sur l'économie et le commerce, a rapporté la presse officielle.

A l'ordre du jour des entretiens figure notamment le développement des deux zones économiques spéciales situées en Corée du Nord, où le régime de Pyongyang espère attirer les investissements étrangers, notamment chinois, grâce à des incitations fiscales et une main-d'oeuvre bon marché, selon le quotidien China Daily.

Cette visite intervient alors que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est dit lundi "profondément préoccupé" par la crise humanitaire en Corée du Nord, qui s'est accentuée après les inondations et les glissements de terrains causés par des pluies torrentielles en juillet.

Jang Song-Thaek, qui a épousé la soeur de l'ancien numéro un Kim Jong-Il (mort en décembre 2011), est considéré par des analystes être celui qui tient réellement les rênes du pouvoir à Pyongyang.

Ces mêmes experts pensent que c'est un réformiste, intéressé par le développement de ces vingt dernières années en Chine. Pékin, seul allié de poids de Pyongyang, encourage son voisin à suivre ses traces, en vain jusqu'à présent.

La Corée du Nord, qui a connu la famine dans les années 1990 lors de laquelle des centaines de milliers de personnes auraient péri, souffre toujours de pénuries alimentaires chroniques et une déforestation sauvage a laissé ses terres vulnérables aux inondations.

Les Nations unies estimaient en novembre dernier que trois millions de Nord-Coréens, sur une population de 24 millions, avaient besoin d'une aide alimentaire d'urgence.

Dans son premier discours public, en avril, Kim Jong-Un avait déclaré être "fermement décidé" à améliorer la vie des 24 millions de Nord-Coréens, afin qu'"ils n'aient plus jamais à se serrer la ceinture".

À suivre aussi

Etats-Unis «Saturday Night Live» : Paul Rudd en Emmanuel Macron règne sur la cafèt de l’OTAN
L'émissaire américain pour l'Iran Brian Hook, le 16 octobre 2019 à Washington [TASOS KATOPODIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]
Diplomatie Les Etats-Unis accusent le régime iranien d'avoir tué plus de 1.000 manifestants
Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif parle lors d'une conférence à Téhéran, le 21 octobre 2019 [ATTA KENARE / AFP/Archives]
Diplomatie Nucléaire : l'Iran et les Européens tentent de maintenir le dialogue

Ailleurs sur le web

Derniers articles