Irak : 10 morts dans des attaques

Dix personnes ont été tuées mercredi dans quatre attentats à la bombe et une fusillade en Irak, ont annoncé des responsables des services de sécurité et des sources médicales.[AFP] Dix personnes ont été tuées mercredi dans quatre attentats à la bombe et une fusillade en Irak, ont annoncé des responsables des services de sécurité et des sources médicales.[AFP]

Dix personnes ont été tuées mercredi dans quatre attentats à la bombe et une fusillade en Irak, ont annoncé des responsables des services de sécurité et des sources médicales.

Dans l'attaque la plus meurtrière, une voiture piégée a explosé vers 19H45 (16H45 GMT) sur un marché d'Al-Mouqdadiyah, à 90 km au nord-est de Bagdad, avant l'explosion d'une bombe sur la route, faisant au total sept morts et 25 blessés, selon un colonel de la police et un médecin.

Une autre voiture piégée a explosé vers 19H30 (16H30 GMT) à Baqouba, chef-lieu de la province de Diyala, faisant deux morts et neuf blessés, a affirmé le colonel et un médecin de l'hôpital général de Baqouba.

A Mossoul, dans le nord du pays, des hommes munis d'armes automatiques ont attaqué un poste de contrôle, tuant un policier, ont annoncé le lieutenant Mohammed Khalaf et le docteur Mahmoud Haddad.

Et à Dohouk, chef-lieu de la province du même nom située dans la région autonome du Kurdistan irakien (nord), une bombe magnétique a blessant deux civils, selon Birendar Hamid Charif, chef du bureau d'information de la police de Dohouk.

Selon M. Charif, un suspect a été arrêté après l'attaque de Dohouk, où les violences sont rares.

Ces nouvelles violences portent à au moins 142 le nombre des personnes tuées en août en Irak, dont 63 membres des forces de sécurité, selon un décompte de l'AFP reposant sur des bilans de sources médicales et de sécurité.

Si les violences ont considérablement diminué par rapport aux sanglantes années 2006-2007, elles restent encore très fréquentes en Irak. En juillet, 325 personnes ont été tuées dans le pays, d'après les autorités, soit le mois le plus sanglant depuis août 2010.

Vous aimerez aussi

La guerre au Yémen a fait près de 10.000 morts, en majorité des civils, et plus de 56.000 blessés [Mohammed HUWAIS / AFP/Archives]
Conflit Yémen : 3 corridors humanitaires doivent être ouverts entre Hodeida et Sanaa
Le chef de l'armée birmane, le général Min Aung Hlaing, à Rangoun le 19 juillet 2018 [YE AUNG THU / AFP/Archives]
Conflit Rohingyas : l'armée birmane hausse le ton contre l'ONU
Photo non datée d'un avion IL-20 de l'armée russe [Alexander KOPITAR / AFP/Archives]
Conflit Avion russe abattu au large de la Syrie : une délégation israélienne à Moscou

Ailleurs sur le web

Derniers articles