Les Emiratis et les Qatariotes appelés à quitter "immédiatement" le Liban

Les Emirats arabes unis et le Qatar ont appelé mercredi leurs ressortissants à quitter "immédiatement" le Liban en raison du contexte de tension lié au conflit syrien.[AFP] Les Emirats arabes unis et le Qatar ont appelé mercredi leurs ressortissants à quitter "immédiatement" le Liban en raison du contexte de tension lié au conflit syrien.[AFP]

Les Emirats arabes unis et le Qatar ont appelé mercredi leurs ressortissants à quitter "immédiatement" le Liban en raison du contexte de tension lié au conflit syrien.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères à Abou Dhabi a indiqué que l'ambassade des Emirats à Beyrouth avait reçu des informations sur des "menaces visant les ressortissants des Emirats arabes unis en lien avec le contexte politique difficile au Liban".

L'ambassade du Qatar à Beyrouth a lancé un appel au "départ immédiat" des ressortissants qataris du Liban en raison des tensions, a rapporté l'agence officielle QNA.

Des médias libanais ont de leur côté fait état d'un appel similaire de l'ambassade d'Arabie saoudite à Beyrouth aux ressortissants saoudiens, évoquant également des "menaces" contre eux.

Au cours des derniers mois, ces trois pays du Golfe ont lancé plusieurs avertissements à leurs ressortissants, leur demandant d'éviter de se rendre au Liban, de le quitter quand leur présence n'était pas nécessaire ou du moins d'informer les ambassades de leur lieu de résidence.

Le conflit en Syrie exacerbe les tensions au Liban, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne et reste profondément divisé entre adversaires et partisans du régime de Damas.

À suivre aussi

Jeanine Áñez s'est autoproclamée présidente par intérim de Bolivie.
Bolivie Tout savoir sur Jeanine Anez, la présidente autoproclamée de Bolivie
Un tir anti-missile est tiré depuis un centre de défense aérienne en Israël pour contrer les tirs de roquettes lancés depuis le territoire palestinien de Gaza  [MAHMUD HAMS / AFP]
Conflit Accord de cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
Un observateur de l'OSCE près d'un tank lors d'une mission d'observation du retrait des forces ukrainiennes près du village de Bogdanivka, dans la région de Donetsk en Ukraine, le 9 novembre 2019 [- / AFP]
Conflit Début d'un retrait de troupes très attendu sur la ligne de front en Ukraine

Ailleurs sur le web

Derniers articles