Pakistan : Rimsha pourrait échapper à la prison

Quartier Rimsha La jeune Rimsha a été accusée par le voisinage d'avoir brûlé des pages contenant des versets du Coran.[AAMIR QURESHI / AFP]

La commission médicale chargée d’examiner Rimsha, accusée de blasphème au Pakistan, a estimé l'âge de la fillette à 14 ans environ. Cette révélation pourrait permettre à la jeune fille d’échapper à la prison à vie. L’avocat de la partie adverse dénonce un traitement de faveur.

Rimsha avait été examinée lundi. Au vu de sa taille, de son poids et de sa dentition, les experts avaient estimé l’âge de la fillette à 14 ans. La principale conséquence de cette évaluation, si elle venait à être validée, c’est que la jeune fille ne pourrait plus être déférée devant un tribunal pour adultes et éviterait ainsi la prison à perpétuité. Au Pakistan, si la majorité est fixée à 18 ans, les mineurs de moins de 15 sont obligatoirement jugés par un tribunal spécial.

Selon l’avis de la commission médicale, sans appuyer la thèse de la trisomie 21, Rimsha aurait un niveau mental "inférieur à celui des enfants de son âge" et semblerait "illettrée".

L’avocat de la partie adverse Rao Abdur Raheem conteste le rapport et met en doute le travail de la commission "La victime a admis avoir brûlé un chapitre du Coran … Les docteurs et l’Etat soutiennent la victime", a-t-il déclaré devant la presse. Il remet en cause la validité du rapport car il a été effectué lundi, soit un petit jour avant la date prévue par le tribunal.

La prochaine audience aura lieu samedi, afin de clarifier les résultats du rapport. Rimsha, la petite fille qui est accusé d’avoir brûlé des pages contenant des versets du Coran, en saura plus sur son sort.

Aussi sur Direct Matin :

Le web se mobilise pour la petite Rimsha

La France "préoccupée" par le sort d'une jeune pakistanaise

Pakistan : imbroglio autour d'une jeune chrétienne accusée de blasphème

Vous aimerez aussi

Ardennes Un commandant de la DGSI mis en examen pour viol et détention d'images pédopornographiques
Seine-Saint-Denis Un policier suspecté d’avoir planté des ciseaux dans la gorge d'un ado de 17 ans
L'UFC-Que Choisir a annoncé mercredi avoir lancé une action de groupe contre Google à Paris, pour violation du règlement général de protection des données (RGPD), législation européenne qui régit l'exploitation des données personnelles [Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives]
Justice Protection des données : l'UFC-Que Choisir engage une action de groupe contre Google

Ailleurs sur le web

Derniers articles