Pas de camps d'été sur l'île d'Utoeya avant 2014

La petite île norvégienne d'Utoeya, théâtre l'an dernier de la fusillade la plus sanglante jamais commise par un individu, pourra de nouveau accueillir des camps d'été de la Jeunesse travailliste en 2014 au plus tôt après de vastes travaux, a annoncé le mouvement vendredi. [SCANPIX] La petite île norvégienne d'Utoeya, théâtre l'an dernier de la fusillade la plus sanglante jamais commise par un individu, pourra de nouveau accueillir des camps d'été de la Jeunesse travailliste en 2014 au plus tôt après de vastes travaux, a annoncé le mouvement vendredi. [SCANPIX]

La petite île norvégienne d'Utoeya, théâtre l'an dernier de la fusillade la plus sanglante jamais commise par un individu, pourra de nouveau accueillir des camps d'été de la Jeunesse travailliste en 2014 au plus tôt après de vastes travaux, a annoncé le mouvement vendredi.

"En théorie, tout pourra être prêt en 2014 au plus tôt", a déclaré le président du mouvement de la Jeunesse travailliste, Eskil Pedersen, interrogé lors d'une conférence de presse sur la tenue du traditionnel rassemblement annuel sur Utoeya.

"Mais nous ne savons pas si c'est réaliste", a-t-il immédiatement ajouté.

Le 22 juillet 2011, 69 personnes, des adolescents pour la plupart, avaient perdu la vie sur Utoeya lorsque l'extrémiste de droite Anders Behring Breivik avait ouvert le feu sur le camp d'été des Jeunes travaillistes.

Vendredi, ce mouvement a présenté ses projets, encore à l'état d'"esquisse", pour l'île en forme de coeur, située à une quarantaine de kilomètres d'Oslo.

L'idée retenue consiste à construire un mini-village autour d'un clocher à la place d'une cafétéria où 13 jeunes avaient été abattus, et qui va être démolie. Un mémorial est aussi prévu.

Alors que la Jeunesse travailliste s'était engagée à "reprendre" Utoeya quelques jours après le massacre, un débat a opposé ceux qui souhaitent d'autres camps d'été sur l'île et ceux qui plaident pour sa sanctuarisation.

"Ce serait triste de laisser l'île à l'abandon et déserte", a estimé pour sa part M. Pedersen.

A la demande de proches des victimes, les futurs camps d'été ne seront toutefois pas organisés le 22 juillet, date réservée au recueillement, a-t-il précisé.

Pour réaliser ces projets estimés à 60 millions de couronnes (plus de 8 millions d'euros), la Jeunesse travailliste doit encore boucler le financement, n'ayant pour l'heure collecté que 40 millions.

Vous aimerez aussi

Fait divers Norvège : un homme assassiné lors d'une vente de Bitcoin
Archéologie Découverte rare de traces d'un bateau viking en Norvège
En Norvège, des surfeurs de l'extrême
sports En Norvège, des surfeurs de l'extrême

Ailleurs sur le web

Derniers articles