Kenya : 3 morts dans de nouvelles attaques tribales

Trois personnes ont été tuées mardi matin dans de nouveaux affrontements à caractère tribal, toujours en cours, dans le district rural de Tana River, dans le sud-est du Kenya, au lendemain de violences similaires ayant fait 38 morts, selon des sources policières. [AFP] Trois personnes ont été tuées mardi matin dans de nouveaux affrontements à caractère tribal, toujours en cours, dans le district rural de Tana River, dans le sud-est du Kenya, au lendemain de violences similaires ayant fait 38 morts, selon des sources policières. [AFP]

Trois personnes ont été tuées mardi matin dans de nouveaux affrontements à caractère tribal, toujours en cours, dans le district rural de Tana River, dans le sud-est du Kenya, au lendemain de violences similaires ayant fait 38 morts, selon des sources policières.

"Les affrontements (...) se poursuivent à l'heure où nous parlons, les groupes sont lourdement armés et tirent sur les gens de manière indiscriminée, ils ont aussi brûlé plusieurs maisons", a déclaré un policier sur place, sous couvert de l'anonymat.

Le chef de la police dans la Province de la Côte, Aggrey Adoli, a confirmé les violences et simplement fait état de victimes, sans fournir de bilan précis.

"Les choses ne vont pas très bien là-bas, il y a un problème depuis tôt ce matin, mais nous nous en occupons. Des victimes ont été signalées", a-t-il déclaré à l'AFP.

De son côté, Caleb Kilunde, un secouriste de la Croix-Rouge basé dans le district de Tana River a indiqué à l'AFP que "selon les premières informations, quatre villages ont été attaqués".

"Les assaillants sont toujours dans la zone. La police a été débordée, elle s'est repliée et attend des renforts", a-t-il expliqué.

Lundi, au moins 38 personnes, dont neuf policiers, avaient été tuées dans l'attaque d'un village par 300 membres d'une communauté rivale. Le président Mwai Kibaki avait annoncé l'instauration d'un couvre-feu et l'envoi de renforts policiers.

Le district de Tana River est le théâtre d'affrontements récurrents depuis de nombreuses années entre communautés rivales orma - essentiellement des éleveurs nomades - et pokomo - surtout composée d'agriculteurs sédentaires. Un cycle de violences particulièrement meurtrières y a fait plus de 100 morts depuis mi-août.

Dans la nuit du 21 au 22 août, au moins 52 personnes y ont été tuées dans l'attaque par des pokomo de plusieurs hameaux orma, la pire tuerie de ces dernières années au Kenya.

Vous aimerez aussi

Politique Violences en bande : Marine Le Pen dénonce un «terrorisme du quotidien»
Seine-Saint-Denis Les élus montent au créneau après la mort d'un adolescent de 12 ans à la suite d'une rixe
Une patrouille de la gendarmerie camerounaise sur la place principale de Buea, le 3 octobre 2018 [MARCO LONGARI / AFP]
Afrique Cameroun anglophone : à l'hôpital de Buea, les victimes du conflit se multiplient

Ailleurs sur le web

Derniers articles