Somalie : les shebab dénoncent l'élection

L'élection présidentielle en Somalie est une opération des "ennemis de la Somalie", a affirmé mardi à l'AFP le porte-parole des islamistes insurgés shebab, tout en s'abstenant de toute critique personnelle contre le nouveau président Hassan Cheikh Mohamoud. [AFP] L'élection présidentielle en Somalie est une opération des "ennemis de la Somalie", a affirmé mardi à l'AFP le porte-parole des islamistes insurgés shebab, tout en s'abstenant de toute critique personnelle contre le nouveau président Hassan Cheikh Mohamoud. [AFP]

L'élection présidentielle en Somalie est une opération des "ennemis de la Somalie", a affirmé mardi à l'AFP le porte-parole des islamistes insurgés shebab, tout en s'abstenant de toute critique personnelle contre le nouveau président .

"Il n'y a rien de personnel (contre le nouveau président) mais l'ensemble du processus (électoral) est un projet ennemi", a déclaré au téléphone Cheikh Ali Mohamoud Rage, porte-parole des shebab, s'en prenant notamment aux pays voisins de la Somalie accusés d'ingérence.

"Hassan (Cheikh Mohamoud) agit dans le cadre d'une Constitution élaborée par les ennemis de la Somalie qui ont des intérêts géopolitiques négatifs, en particulier les pays voisins", a poursuivi le porte-parole des insurgés.

"Nous ne reconnaitrons qu'un processus dirigé par les Somaliens eux-mêmes, et non pas manipulé par l'Ethiopie, le Burundi, le Kenya, l'Ouganda, Djibouti et l'Occident", a ajouté M. Rage.

Les shebab combattent les institutions somaliennes provisoires, auxquelles viennent de succéder un nouveau Parlement désigné le mois dernier, qui a lui-même élu un nouveau président lundi soir à Mogadiscio.

Ce dernier est un universitaire de 56 ans, vierge de tout passé politique, qui a consacré ses vingt dernières années à des actions de formation, d'éducation et de médiation, parvenant notamment à maintenir le dialogue avec les shebab dans les zones du sud et du centre du pays sous le contrôle de ces derniers.

Les shebab étaient particulièrement virulents contre le président sortant Sharif Cheikh Ahmed, un ancien dirigeant islamiste rallié au processus de paix et élu par le précédent Parlement en 2009, qu'ils accusaient de trahison.

L'élection de Hassan Cheikh Mohamoud à la présidence de la Somalie est une étape "importante", a estimé mardi le Premier ministre britannique David Cameron, appelant les "leaders somaliens à travailler ensemble" pour "renforcer la sécurité" de ce pays de la Corne de l'Afrique.

Vous aimerez aussi

L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura à Genève le 11 septembre 2018 [SALVATORE DI NOLFI / POOL/AFP/Archives]
démission Syrie : l'émissaire de l'ONU sur le départ, encore à Damas la semaine prochaine
Une homme roule sur une motocyclette devant un bâtiment endommagé dans la ville de Binnish, dans le nord de la province d'Idleb en Syrie, le 15 octobre 2018 [OMAR HAJ KADOUR / AFP]
Conflit Syrie : les jihadistes ignorent une échéance clé d'un accord sur Idleb
Syrie : le difficile retour des habitants dans des zones dévastées par la guerre
Conflit Syrie : le difficile retour des habitants dans des zones dévastées par la guerre

Ailleurs sur le web

Derniers articles