Un émissaire britannique auprès de Netanyahu

Un envoyé spécial du gouvernement britannique est récemment secrètement venu à Jérusalem pour convaincre les dirigeants israéliens de ne pas ordonner une prochaine attaque contre les sites nucléaires de l'Iran, a indiqué mardi le journal Haaretz. [POOL] Un envoyé spécial du gouvernement britannique est récemment secrètement venu à Jérusalem pour convaincre les dirigeants israéliens de ne pas ordonner une prochaine attaque contre les sites nucléaires de l'Iran, a indiqué mardi le journal Haaretz. [POOL]

Un envoyé spécial du gouvernement britannique est récemment secrètement venu à Jérusalem pour convaincre les dirigeants israéliens de ne pas ordonner une prochaine attaque contre les sites nucléaires de l'Iran, a indiqué mardi le journal Haaretz.

Selon le quotidien, qui cite une source israélienne, l'émissaire était porteur il y a deux semaines d'un message personnel en ce sens du Premier ministre britannique David Cameron.

De même source, cet émissaire de haut rang a notamment rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Ehud Barak ainsi que des responsables de la sécurité et des diplomates israéliens pour leur faire savoir que Londres privilégie à ce stade une solution diplomatique au dossier nucléaire iranien.

Interrogé par l'AFP, Mark Regev, porte-parole de M. Netanyahu, s'est refusé à tout commentaire. L'ambassade britannique en Israël n'a pas non plus voulu réagir à cette information.

L'Iran est soupçonné par les grandes puissances et Israël de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran nie catégoriquement.

Les Etats-Unis et Israël se sont accrochés lundi sur l'Iran, l'Etat hébreu exigeant de son allié qu'il fixe une "ligne rouge" à Téhéran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire, ce que Washington refuse de faire.

Vous aimerez aussi

Moyen-orient Le Yémen doit faire face à la pire famine depuis un siècle
Un pharmacien iranien le 11 septembre 2018 à Téhéran [STRINGER / afp/AFP]
Moyen-orient Iran : avec les sanctions, les médicaments étrangers se font rares
Donald Trump préside le Conseil de sécurité de l'ONU, le 26 septembre 2018 au siège des Nations unies, à New York [Nicholas Kamm / AFP]
tensions La justice internationale se prononce sur les sanctions américaines contre l'Iran

Ailleurs sur le web

Derniers articles