Obama va lever des fonds avec Jay-Z et Beyoncé

Le rappeur Jay-Z et son épouse, la chanteuse Beyoncé Knowles le 1er juillet 2012 à Los Angeles, en Californie [Christopher Polk / Getty Images/AFP/Archives] Le rappeur Jay-Z et son épouse, la chanteuse Beyoncé Knowles le 1er juillet 2012 à Los Angeles, en Californie [Christopher Polk / Getty Images/AFP/Archives]

Barack Obama va bientôt participer à une levée de fonds avec le rappeur Jay-Z et son épouse, la chanteuse Beyoncé Knowles, a annoncé jeudi l'équipe de campagne du président des Etats-Unis, en mettant en jeu une place à gagner pour cette soirée à New York.

Sous l'intitulé "Rejoignez Jay-Z, Beyoncé et le président à New York", une page du site officiel de Barack Obama invite les internautes à faire des dons à la campagne du démocrate en échange d'une chance de remporter un ticket d'entrée pour la prestigieuse soirée.

La date et le lieu précis de l'événement n'ont pas été précisés dans l'immédiat, mais M. Obama est d'ores et déjà attendu les 24 et 25 septembre à New York pour participer à l'Assemblée générale de l'ONU.

M. Obama, candidat à sa succession le 6 novembre, a régulièrement recours à de grands noms de la musique et du cinéma pour motiver les donateurs à mettre la main à la poche. En mai, il avait mobilisé George Clooney à Los Angeles et en juin, la star de "Sex and the City" Sarah Jessica Parker, déjà à New York.

A chaque fois, l'équipe Obama a mis en jeu des places pour ces soirées, dopant ainsi les donations, élément crucial d'une campagne où les déplacements des candidats et surtout les campagnes publicitaires engloutissent des millions de dollars.

Jay-Z, de son vrai nom Shawn Carter, est à l'un des rappeurs les plus populaires des Etats-Unis, mais aussi un producteur et un entrepreneur multimillionnaire.

Lui et Beyoncé, la "plus belle femme du monde" selon l'hebdomadaire People, ont déjà été reçus au moins une fois à la Maison Blanche depuis l'élection de Barack Obama, visitant même la salle ultra-sécurisée, la "Situation Room", selon des photos ayant ensuite émergé.

Beyoncé avait par ailleurs chanté "At last", le standard d'Etta James, faisant danser M. Obama et son épouse Michelle, au cours d'un des bals ayant suivi l'investiture du président le 20 janvier 2009 à Washington.

À suivre aussi

Joe Biden profite de ne plus être la cible privilégiée pour s'en prendre à Elizabeth Warren
Présidentielle américaine Primaire démocrate : c'est désormais clair, Elizabeth Warren est la femme à abattre
Une réforme de la justice et de la police est la première préoccupation des noires américaines, ainsi que du mouvement Black Lives Matter
Etats-Unis Quelle place pour les noirs américains dans l'élection présidentielle de 2020 ?
Le débat est peut-être le moins attendu depuis le début de la campagne
Politique Élection américaine : au milieu des crises qui secouent les États-Unis, les démocrates tentent d'exister

Ailleurs sur le web

Derniers articles