2 cadres du Hamas tués à Gaza par une frappe ciblée israélienne

La voiture visée par le raid israélien le 19 septembre 2012 à Rafah [Said Khatib / AFP] La voiture visée par le raid israélien le 19 septembre 2012 à Rafah [Said Khatib / AFP]

Deux cadres du Hamas ont été tués et un autre blessé mercredi soir lors d'une frappe israélienne ciblée à Rafah, à la frontière avec l'Egypte, dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué le mouvement islamiste au pouvoir dans le territoire palestinien.

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur du Hamas a annoncé la mort de deux "martyrs tombés en faisant leur devoir", le lieutenant Achraf Saleh et son adjoint Anis Abou el-Anine, des membres selon lui de la commission du ministère chargée des questions frontalières avec l'Egypte.

"Les martyrs effectuaient leur mission civile quotidienne de routine consistant à surveiller et sécuriser la frontière sud de la bande de Gaza avec l'Egypte", a précisé le communiqué.

Le troisième homme, blessé, a été identifié par le Hamas comme le lieutenant Nidal Nasrallah.

Les services d'urgence locaux ont confirmé que le raid aérien israélien avait visé une voiture appartenant au ministère de l'Intérieur du Hamas.

De son côté, l'armée israélienne a affirmé que son aviation avait "ciblé deux agents terroristes --Anis Abou Mahmoud el-Anine et Achraf Mahmoud Saleh-- affiliés aux +Défenseurs d'Al-Aqsa+", un groupe terroriste parrainé par le Hamas dans la bande de Gaza".

Selon un communiqué, Anis Abou Mahmoud el-Anine, originaire de Rafah, était "dans les phases ultimes de préparation d'une attaque terroriste contre des civils israéliens". Il aurait été impliqué ces dernières années dans plusieurs tentatives d'attentat, notamment en introduisant des engins explosifs en Israël via la frontière avec l'Egypte et "en dirigeant des activités terroristes" en Cisjordanie, a précisé le texte.

Achraf Mahmoud Saleh, 33 ans, également de Rafah, se livrait au trafic d'armes et aurait avoué, lors d'une enquête passée, avoir transféré deux activistes en Egypte afin de monter un attentat suicide en Israël, a ajouté l'armée israélienne.

Dans son communiqué, le ministère de l'Intérieur du Hamas a mis en garde contre "l'escalade des crimes sionistes". "Que l'occupant (israélien) cible aujourd'hui des cadres du ministère de l'Intérieur (du Hamas) est bien la preuve qu'il ne veut pas que l'état de stabilité perdure dans la bande de Gaza", a-t-il averti.

Depuis plus d'un an, le Hamas s'efforce officiellement de maintenir une trêve tacite, fragile et ponctuée de flambées de violence, avec l'armée israélienne.

La dernière confrontation majeure, du 18 au 23 juin derniers, avait fait 15 morts palestiniens, en majorité des combattants, et des dizaines de blessés à Gaza dans des frappes israéliennes, tandis que 155 roquettes et obus étaient tombés en Israël, blessant cinq Israéliens, dont quatre garde-frontières.

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Trump supprime plus de 200 millions de dollars d'aide aux Palestiniens
Le point de passage d'Erez, près de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 26 mars 2017 [MAHMUD HAMS / AFP/Archives]
Proche-Orient Israël ferme un point de passage avec Gaza
Un camion chargé de marchandises au point de passage de Kerem Shalom entre Israël et la bande de Gaza le 15 août 2018 [SAID KHATIB / AFP]
Crise Israël rouvre un passage vital vers Gaza après des semaines de tensions

Ailleurs sur le web

Derniers articles