Obama va promettre d'empêcher l'Iran d'avoir l'arme nucléaire

Le président américain Barack Obama le 22 septembre 2012 à Milwaukee, dans le Wisconsin [Saul Loeb / AFP] Le président américain Barack Obama le 22 septembre 2012 à Milwaukee, dans le Wisconsin [Saul Loeb / AFP]

Le président américain Barack Obama va dire mardi à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies que les Etats-Unis feront ce qu'ils "doivent" pour empêcher l'Iran d'acquérir l'arme nucléaire, selon des extraits de son discours.

"Les Etats-Unis feront ce qu'ils doivent pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire", doit déclarer Barack Obama, qui appellera aussi à une action internationale pour mettre fin au conflit en Syrie.

"Ne vous méprenez pas: un Iran doté de l'arme nucléaire n'est pas un défi auquel nous pouvons faire face. Cela ferait peser des menaces sur l'existence d'Israël, sur la sécurité des pays du Golfe et sur la stabilité de l'économie mondiale", doit déclarer Barack Obama à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU.

"C'est la raison pour laquelle une coalition de nations demande des comptes au gouvernement iranien. Et c'est pourquoi les Etats-Unis feront ce qu'ils doivent pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire", doit-il ajouter.

A six semaines de la présidentielle américaine, il doit également évoquer le film islamophobe produit aux Etats-Unis qui a entraîné des manifestations meurtrières dans le monde musulman et la mort de l'ambassadeur américain en Libye dans l'attaque du consulat de Benghazi, le 11 septembre.

"Notre avenir doit être déterminé par des personnes comme (l'ambassadeur tué le 11 septembre) Chris Stevens, et non par ses assassins", doit déclarer Barack Obama, toujours selon les extraits de son discours.

"La violence et l'intolérance n'ont aucune place parmi les Nations unies (...). Il n'y a aucune excuse pour ceux qui tuent des innocents. Aucune vidéo ne peut justifier l'attaque d'une ambassade. Aucune calomnie ne peut servir d'excuse pour brûler un restaurant au Liban, détruire une école en Tunisie, ou semer la mort et la destruction au Pakistan", doit-il ajouter.

Le bilan de politique étrangère de M. Obama s'est invité dans la campagne pour l'élection du 6 novembre, son adversaire républicain Mitt Romney lui reprochant d'être faible face aux ennemis des Etats-Unis, surtout l'Iran, et de ne pas avoir suffisament soutenu Israël.

Contrairement aux années précédentes, M. Obama, qui ne restera que 24 heures à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU, n'a pas prévu de rencontrer de dirigeants en tête-à-tête, une tâche dévolue à sa secrétaire d'Etat Hillary Clinton, présente toute la semaine.

Vous aimerez aussi

La Rwandaise Louise Mushikiwabo, candidate au poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le 2 août 2018 à Kigali [JACQUES NKINZINGABO / AFP/Archives]
sommet La Francophonie couronne la Rwandaise Louise Mushikiwabo, en dépit des critiques
Le président français Emmanuel Macron à Erevan en Arménie lors du 17e Sommet de la Francophonie [LUDOVIC MARIN / AFP]
sommet A Erevan, Emmanuel Macron appelle à «réinventer» la Francophonie
sommet Arménie : où en est la francophonie dans le monde ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles