Le président yéménite se dit prêt sous conditions au dialogue avec Al-Qaïda

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi (d) reçoit l'ambassadeur américain Gerald Michael Feierstein, le 5 juin 2011 à Sanaa [ / AFP/Archives] Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi (d) reçoit l'ambassadeur américain Gerald Michael Feierstein, le 5 juin 2011 à Sanaa [ / AFP/Archives]

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, qui tente de rétablir la sécurité pour réussir la transition politique dans son pays, s'est dit prêt à engager, sous conditions, le dialogue avec la branche locale d'Al-Qaïda, actif notamment dans le Sud et l'Est.

"J'ai toujours dit que malgré le sang versé, les maisons détruites et les personnes déplacées, on peut envisager l'amorce d'un dialogue", avec Al-Qaïda, a déclaré le chef de l'Etat dans un discours à la nation à l'occasion de la célébration mercredi du 50ème anniversaire de la révolution contre l'imamat.

Il a cependant posé comme "conditions" que le réseau "s'engage publiquement à déposer les armes, à se repentir en renonçant aux idées extrémistes sans rapport avec l'islam et à ne plus donner refuge aux éléments armés de l'étranger".

M. Hadi a déclaré que "des médiateurs", qu'il n'a pas identifiés, avaient "mis la pression" pour l'ouverture d'un dialogue entre le gouvernement d'une part, et Al-Qaïda et les Partisans de la Charia, nom sous lequel opère le réseau dans le sud du Yémen, de l'autre.

Il a cependant ajouté que ces médiateurs "s'en vont souvent sans revenir" avec une réponse, ce qui indiquerait un refus par les dirigeants d'Al-Qaïda d'accepter ses conditions au dialogue.

M. Hadi, qui a succédé en février au président Ali Abdallah Saleh, poussé au départ après 33 ans au pouvoir au terme d'un soulèvement populaire en 2011, peine à enrayer la vague de violences qui secoue le pays.

Al-Qaïda a profité de l'affaiblissement du pouvoir central lors de l'insurrection populaire pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du pays. Délogé en juin de l'un de ses bastions, la province sudiste d'Abyane, le réseau a trouvé refuge plus à l'est.

À suivre aussi

Un membre du mouvement séparatiste pour l'indépendance du sud du Yémen à bord d'un véhicule militaire à Aden le 11 août 2019 après des affrontements avec des unités du gouvernement [Nabil HASAN / AFP]
Moyen-orient Yémen : l'Arabie saoudite frappe les séparatistes du sud après des combats meurtriers
Des séparatistes du sud du Yémen posent devant un char confisqué sur une base militaire gouvernementale à Aden, le 10 août 2019 [Nabil HASAN / AFP]
Moyen-orient Le palais présidentiel pris par les séparatistes, le Yémen s'enfonce dans le chaos
À Sanaa, la capitale du Yémen, de nombreux bâtiments ont été détruits par les raids aériens.
Moyen-orient Cinq ans de guerre au Yémen, les clés pour comprendre le conflit

Ailleurs sur le web

Derniers articles