Les Colombiens favorables au dialogue avec les Farc

Des combattants des Farc démobilisés, escortés par des soldats à Medellin, en Colombie, le 20 septembre 2012 [Raul Arboleda / AFP/Archives] Des combattants des Farc démobilisés, escortés par des soldats à Medellin, en Colombie, le 20 septembre 2012 [Raul Arboleda / AFP/Archives]

Les Colombiens se déclarent en majorité favorables au dialogue de paix avec la guérilla des Farc, même s'ils sont divisés sur ses chances de réussite, selon un sondage publié vendredi à Bogota par le quotidien El Tiempo.

Plus des deux-tiers (67,3%) d'entre eux soutiennent les négociations prévues entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), contre 26,8% d'un avis contraire, selon cette étude réalisée par l'institut Datexco.

Prévus à partir d'octobre en Norvège puis à Cuba, ces pourparlers, qui visent à mettre un terme à un demi-siècle de conflit armé, constituent la quatrième tentative de dialogue entre les autorités et la plus ancienne guérilla d'Amérique latine.

Interrogés sur l'issue du processus du paix, les Colombiens apparaissent plus partagés: 45% pensent qu'il se conclura par un succès et 41,6% par un échec, selon ce sondage réalisé par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes majeures du 24 au 26 septembre, avec une marge d'erreur de 3,1%.

"Les gens soutiennent et souhaitent ce processus, mais en même temps, il y a beaucoup de scepticisme sur le fait de parvenir à la paix", a expliqué Cesar Valderrama, directeur de l'institut Datexco.

Principale guérilla du pays, fondée en 1964 lors d'une insurrection paysanne, les Farc comptent encore, selon les autorités, quelque 9.000 combattants, essentiellement repliés dans les zones rurales.

Vous aimerez aussi

11 novembre Commémorations du 11 Novembre : «l’histoire retiendra une image»
(A partir de la gauche) la chancelière allemande Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président français Emmanuel Macron le 27 octobre 2018 à Istanbul [Kayhan OZER / POOL/AFP]
sommet Syrie : la Russie, la Turquie, la France et l'Allemagne appellent à préserver la trêve d'Idleb
Conflit Les discussions de paix sur le Yémen échouent

Ailleurs sur le web

Derniers articles