Un soldat de l'Otan tué en Afghanistan

Des soldats de l'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan [Tony Karumba / AFP/Archives] Des soldats de l'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan [Tony Karumba / AFP/Archives]

Un soldat de l'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan, a été tué dans l'est de l'Afghanistan dans une nouvelle attaque présumée de l'intérieur qui a aussi fait des victimes dans les rangs de l'armée afghane, a annoncé l'Isaf dimanche.

Un civil travaillant pour l'Isaf a également trouvé la mort dans l'incident, a précisé à l'AFP un porte-parole de l'Isaf. Sont appelés "tirs de l'intérieur" les tirs de policiers ou soldats afghans contre leurs frères d'armes de l'Isaf.

Les victimes afghanes sont "le résultat d'un combat" samedi soir, a indiqué le porte-parole à l'AFP, sans pouvoir confirmer si ces soldats afghans ont été tués par un assaillant ou s'ils ont péri quand des troupes de l'Isaf se sont défendues.

L'Otan estime que 25% des attaques de l'intérieur sont liées à l'infiltration d'insurgés dans les rangs des forces afghanes. Le restes des pertes sont liées à des différences culturelles ou un ressentiment entre individus.

Si ce tir fratricide est confirmé, 52 membres de l'Isaf sont morts assassinés par des policiers ou des soldats afghans en 2012.

Ces attaques font des ravages au sein des forces afghanes et étrangères car elles plombent la confiance entre les alliés.

Ces incidents sont particulièrement graves alors que la grande majorité des 112.600 soldats étrangers encore présents en Afghanistan rentreront chez eux d'ici à la fin 2014. La police et l'armée afghanes, à un moment crucial de leur formation, auront alors la charge de la sécurité de leur pays.

Vous aimerez aussi

Conflit Afghanistan : plus de civils tués par les forces américaines et afghanes que par les talibans annonce l'ONU
Le plan de paix israélo-palestinien promis par Donald Trump sera dévoilé après le ramadan.
Conflit Le plan de paix israélo-palestinien de Donald Trump dévoilé après le ramadan
«Non veut dire non !», est écrit sur le dos d'une femme alors que plus de mille personnes défilent dans la ville et participent à la première «Marche des salopes», le 20 août 2011 au Cap, en Afrique.
Conflit Violences sexuelles : la France dénonce à l'ONU la menace de veto américain

Ailleurs sur le web

Derniers articles