Dernière ligne droite pour la présidentielle au Venezuela

Les partisans de Hugo Chavez lors d'un meeting le 3 octobre 2012 à Maracay [Juan Barreto / AFP] Les partisans de Hugo Chavez lors d'un meeting le 3 octobre 2012 à Maracay [Juan Barreto / AFP]

Le président vénézuélien Hugo et son principal adversaire à la présidentielle de dimanche Henrique Radonski ont entamé mercredi la dernière ligne droite de la campagne électorale qui s'achèvera jeudi soir.

M. Chavez, au pouvoir depuis 1999 et candidat à un troisième mandat de six ans, a poursuivi sa tournée marathon dans six Etats en trois jours à Maracay, dans l'Etat d'Aragua (nord), avant un déplacement prévu dans une autre grande ville industrielle, Valencia, dans l'Etat voisin de Carabobo.

"Je vous demande avec insistance de ne pas céder au triomphalisme. Nous allons gagner, mais nous n'avons pas gagné", a déclaré le président devant des milliers de partisans à Maracay.

Il a ensuite à nouveau insisté sur la nécessité d'une victoire "écrasante" pour neutraliser de supposées "intentions déstabilisatrices" nourries par l'opposition. "Nous allons augmenter notre effort pendant les jours qu'il reste afin de réunir le maximum de voix pour Chavez" pour "garantir la victoire et neutraliser les plans désespérés de la bourgeoisie (...) qui envisage déjà de ne pas reconnaître la victoire du peuple", a-t-il poursuivi.

Jeudi, le président sortant, en tête dans les sondages, a prévu de participer à un meeting géant à Caracas avant la clôture officielle de la campagne à minuit.

De son côté, M. Capriles s'est rendu mercredi dans l'Etat rural de Portuguesa et devait ensuite gagner Zulia, l'Etat pétrolier le plus peuplé du pays.

"Chacun d'entre vous a la force et le pouvoir de prendre une décision (...) Que chacun de vous vainque la peur, vainque les obstacles et dimanche, nous allons gagner, pour le meilleur", a lancé M. Capriles lors d'un meeting à Guanare, capitale de l'Etat de Portuguesa (nord-ouest). "Je vous demande d'aller chercher les autres, de devenir les multiplicateurs de cette force du futur", a-t-il ajouté plus tard dans l'Etat de Zulia.

Par ailleurs, l'armée a commencé mercredi à acheminer le matériel électoral dans les bureaux de vote, a annoncé le général Wilmer Barrientos, chef des opérations de sécurisation du pays pour ce scrutin au cours duquel seront déployés quelque 139.000 soldats.

Près de 19 millions de Vénézuéliens sont appelés dimanche choisir le futur président du pays. Outre les deux principaux concurrents, Hugo Chavez, 58 ans, et Henrique Capriles, 40 ans, quatre autres candidats issus de petits partis participent également au scrutin.

Pour tenter de prévenir d'éventuels troubles autour du vote, le port d'armes et la vente d'alcool seront interdits de vendredi à lundi sur décision du ministère de l'Intérieur.

À suivre aussi

Le salaire minimum atteint son record le plus bas : 2 dollars par mois. Le coût de la vie explose pour les Vénézuéliens.
Venezuela Venezuela : le salaire minimum tombe à 2 dollars par mois
La président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Diosdado Cabello, brandit un drapeau du Venezuela lors d'une session, le 12 août 2019 à Caracas [Federico Parra / AFP]
International Venezuela : le camp Maduro envisage des législatives anticipées
Manifestants pro-Maduro dans les rues de Caracas, le 8 août 2019 [Federico Parra / AFP]
International Venezuela : Maduro suspend le dialogue avec l'opposition après les sanctions américaines

Ailleurs sur le web

Derniers articles