Scandale du poisson mal étiqueté aux Etats-Unis

33% des poissons analysés étaient mal étiquetés.

Si l’Europe a des problèmes avec sa viande, les Etats-Unis sont en délicatesse avec l’étiquetage de leurs poissons.

«Acheter du poisson est devenu un jeu de devinette pour les consommateurs américains. De la Floride au Kensas, personne n’est à l’abri de fraude», dénonce l’ONG américaine Oceana qui vient de publier une étude édifiante, l’une des plus grandes jamais menées.

Sur 1 215 poissons analysés dans des restaurants et des grandes surfaces dans vingt et un Etats, 33 % étaient mal étiquetés, le plus souvent sciemment. Ce taux de mauvais produits grimpe à 74 % sur la carte des restaurants vendant des sushis.

Il est ainsi fréquent de trouver, non pas de la sole ou de la morue mais du pangasius, nettement mois cher.

Mais c’est le thon blanc qui est le plus souvent «substitué» : dans 84 % des cas, les consommateurs mangent en fait de l’escolier. Dans ce cas, la tromperie n’est pas seulement économique mais elle pourrait virer au scandale sanitaire car cette ­espèce est connue pour provoquer parfois de graves troubles digestifs. 

Vous aimerez aussi

Santé Régimes vegan, végétarien, végétalien, pescetarien : quelles différences ?
hiver Que faut-il manger quand il fait froid ?
Alimentation Baisse de popularité pour la viande rouge

Ailleurs sur le web

Derniers articles